Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Juste quelques gouttes de RED (theo&louis)
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Ven 15 Mar - 23:57

Trapdoor - Twenty Øne Pilots

Elle pouvait attendre, elle était venue sur le lieu de rendez-vous, dans la pénombre d’une rue un peu reculé des coins les plus animés de la ville, peu de lumière… Aleksei n’était pas là. Il a du partir, une mauvaise rencontre, liquidé de toute sa cargaison et même son téléphone. Il n'avait pas pu la prévenir. Il n’était pas tombé sur un petit merdeux, une vieille goule en manque ou encore un simple vampire. C’était Louis et ses Requins en personne. Ils faisaient une descente sur les dealers, profitant que Primrose et Lysandro soit en balade, sachant que Dorianne n’allait pas se mouiller et encore moins prendre de risque juste pour ça. Même si elle avait un pouvoir sur Louis, il n’était pas seuls malheureusement. Elle non-plus, mais elle aurait tout le temps de voir ça avec Prim et lui donner cette affaire à régler, car après tout… C’était son affaire.

Louis était seul, fouillant le téléphone du dealer pour des informations alors que son élite était partie faire un petit coucou aux autres vendeur de RED. Il n’y avait qu’un vampire qui était resté, à quelques mètres de là, tournant aux alentours et pour veiller sur la sécurité de Louis. Il avait refusé Amal, car il le boudait un peu en ce moment et que pour ça, il n’avait pas besoin de lui. Au final, le Roi des Camélia cherchait juste sa dope. Des bruits de pas derrière lui et il n’eut pas besoin de se retourner. Cela sentait le sang humain à des kilomètres. Mais un sang gâté, par la marque d’un démon qu’il ignorait, mais aussi cette emprise du RED. C’était particulier, une odeur acre, celui de la traitresse de Dorianne.

Il tournait seulement la tête et il la reconnu. Elle aussi peut-être et avant même qu’elle ne décide de faire demi-tour, il se déplaçait rapidement. Il s’était retrouvé derrière elle en un rien de temps. Il avait un sourire carnassier. «Qu'est-ce que tu fais là toute seule ? ... Ça fait longtemps que j’ai pas chassé tu sais ça ? » Lui avait-il murmuré avec un rire sardonique.

acidbrain — quote.Remy Donnadieu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Théodora Blossom
▌Humans after all.
Théodora Blossom
Messages : 29
Date d'inscription : 09/11/2018
Sam 6 Avr - 18:00

Trapdoor - Twenty Øne Pilots

Avec ces derniers jours, tu as besoin de quelque chose, de sentir cette tristesse s’évaporer. S’envoler, te laisser crever la bouche la ouverte s’il le faut dans un coin, mais qu’on t'oublie pour quelques heures, quelques jours ou même quelques minutes. Ce soir tu as quitté le cirque plus tôt que prévus. Tu n’as pas eu la décence de prévenir Saki ou les autres, tu as juste fuis comme une malpropre. Tu n’étais pas vraiment utile ce soir-là Le spectacle c’est bien passé, aucun souci technique, aucun besoin de rafistoler quelque chose. Tu as décidé par toi-même de partir en centre-ville, passer de bars en bars pour soûler tes problèmes et noyer ta honte dans des conversations puériles et sexistes. Tu as évidement pris le parti de téléphoner à ton dealer pour une dose d’urgence pour ce soir. Une dose exclusive et plus « coriace » que d’habitude. Quitte à servir de monnaies d’échange pour cela. Tu as mis une culotte propre pour le coup. Enchaînant les verres, les genoux de vieux pervers et les danses lascives. Tu continues ton chemin pour attraper le roi de tes nuits. Celui qui sauvera ta soirée. Ton esprit. « Un deux trois quatre… » Tu comptes les pas qui te sépare de lui. De ton ami imaginaire. Toujours derrière toi, en train de te suivre. Comme ton ombre. Encore plus sombre que d’habitude, encore plus présent, s’insinuant dans les moindres interstices de ton mental qui s’effrite. Profitant de la moindre faiblesse pour te coller et te suivre comme une bête assoiffée de sang. De chaire.

Une cigarette au coin des lèvres, adossée contre le mur, après avoir quitté  ton amant de quelques minutes. Les mains libres pour remonter ta culotte, et baisser ta jupe, tu avances pour retrouver le point de rendez-vous, celui ou tu finiras ton chemin ce soir avant de rentrer au cirque et offrir un spectacle désolant à Saki dans la caravane. Celui ou tu seras à demi consciente de ce que tu fais. Marchant lentement, titubant un peu, l’esprit défaillant, rongé par l’alcool et le tabac, les drogues et la fatigue. Tu chantonnes, une vielle mélodie qui faisait point d’orgue dans votre manoir. Une vielle musique d’autant. Jouée sur le tourne-disque de ta mère dans le petit boudoir. Assez fort pour emporter tout le red de chaussé du manoir. Un petit tour sur toi-même ta petite voix cristalline, tu regardes les étoiles qui se profile, du moins avec la vu que tu as encore de lucide. « J’ai faim bordel…. » En effet, tu commences as avoir l’estomac dans les talons, tout cet alcool ingurgité, dois être épongé. Une silhouette ce profil devant toi, tu souris déjà à l’idée de saisir le petit sachet de red dans ta paume et partir le déguster chez toi. Tu t’apprêtes à lancer les bienvenues mais très vite tes pas ralentisse, quelque chose d’incommodant. Une sensation bizarre, au point que l’un des fantômes c’est mis à te dépasser. Pour te mettre devant l’individu. Une façon de d’alerter. Ou alors de profiter du spectacle. Leur actions n’ont jamais eu de sens pour toi.

Tu déglutis et fini par te stopper, tu reconnais ses yeux turquoise. Ce sourire malicieux, terrifiant. Tu n’oublieras jamais cette nuit, ce carnage, cette rage qu’il t’avait influencée. Forcée à utiliser sur les loups de la reine. Sur Lysandro. Louis…. Tout mais pas lui, instinctivement tes pas te font reculer. Mais face à un vampire comme lui, autant courir dans de la semoule. En une fraction de seconde il se retrouve derrière toi. Tu sens la peur t’envahir. Le même que celle qu’il t’avait insufflé au cirque. Un violent frisson morbide parcours ton échine, tu te pétrifies sur place. Et sa voix, ces mots. Ces simples mots, réussissent à te mortifier. Tes yeux s’écarquillent, ton cœur va exploser. « J’ai rien à te donner…. » chuchotes-tu presque pour ne pas le froisser. Chasser, ce mot te fais vibrer comme te fais pleurer, une simple larme qui s’échappe à tout contrôle. Roulant sur ta joue. Pour s’écraser au coin de tes lèvres. Salée, humide, presque pétillante. « Me chasser te rapportera rien de bien satisfaisant….. Tu le sais….. Je …. » Tu oses, tu essaies, tu avances d’un pas, un pas insignifiant. Mais libérateur. Tu te dis que c’est mieux que rien. Mais ta peur scandalise tous tes membres. Tu serres les poings, serrant les dents en sentant sa présence aussi proche. Fermant les yeux tu inspires douloureusement. « S’il te plais… » Une plainte, un besoin, un dernier recours. Même si tu sais pertinemment que la pitié n’est pas dans ses pré requis.

acidbrain — quote.Remy Donnadieu





We paint white roses red
Each shade from a different person's head.
The normals, they make me afraid.The crazies, they make me feel sane. So what if I'm crazy? The best people are!Mélanie Martniez

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: