Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain.
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:31


Louis De Vernay
« La cruauté est le remède de l'orgueil blessé. » (Nietzsche)

NOM: De Vernay, il fut noble il fut un temps, juste avant la révolutions françaises. ─ PRÉNOM(S): Louis. Noble et chaste... Pas si bien choisi, il n'a rien d'un ange. Ou alors il est tombé des nuages à la naissance ─ DATE DE NAISSANCE ET ÂGE: Mai 1932 ─ LIEU DE NAISSANCE ET NATIONALITÉ: Né en France, nationalité... vampire fut un temps français, puis anglais et maintenant américain. Peut-être bientôt Mexicain ?  ─ GUILDE: Camélia Rouge, suffit de regarder, y'en a toujours quelque part sur lui ou autour de lui. ─ STATUT SOCIAL: Un roi, capricieux et exigeant.  ─ EMPLOI/ÉTUDES: laisser éclater la colère, se montrer et créer le chaos dans l'esprit de ses pauvres humain, les chasser pour les mettre à la seule place qu'il mérite : du bétail.  ─ ORIENTATION SEXUELLE: euh... c'est un peu flou dans son dossier. ─ RACE: vampire ─ GROUPE: I'm a Monster

◊ Manipulation Mentale
Il sait se montrer très convaincant, et plein de charme, séducteur, tentateur, pour vu qu'il vous murmure quelque chose à l'oreille, de se faire capter par ses yeux glacés et transparents... Il y a de quoi s'y perdre. Il a bien plus d'influence sur les esprits fragiles et brisés, faibles.
Mais en général, ça marche bien mieux quand il a mordu, alors il va surement attaqué et parlé après. Juste vous séduire pour attendre une artère et alors qu'il boit votre sang, vous buvez ses paroles.

◊ Régénération cellulaire
Il n'est pas atteint par la temps, ne vieillissant plus depuis qu'il a été transformé en vampire. Il saigne et se blesse comme tout le monde, mais il récupère bien plus vite, ses cellules se reconstruisent rapidement et lorsqu'il boit du sang, il guérit de façon fulgurante même.

◊ Super Vitesse
Il peut se déplacer rapidement, pratiquement invisible à l'oeil nu, surtout ceux des humains. Il peut se déplacer, mais aussi dans ses simples gestes.  

◊ Visions
Lorsqu'il est en plein trip de Redstar, il a des images décousues pouvant s'apparenter à des visions. Ces visions peuvent être du passé, du futur ou encore des images symboliques mais elles sont généralement liées à ce qui va se passer même s'il faut les décrypter pour en percer le sens.

◊ La Bête
Effet secondaires du Redstar. Il a les yeux qui deviennent entièrement noir, une réaction entre le poison et son accoutumance au sang de Dorianne, les effets de la drogue ; et ses failles psychiques, il y a rupture. Il est incapable de réfléchir, un animal primaire... Il est simplement sous l'effet de l'adrénaline. Et bien sûr, un prédateur sans peur, il est enragé mais aussi beaucoup plus vulnérable.

✖️✖️✖️

DERRIÈRE L'ECRAN

PRÉNOM(S): Kiwi ! TON AVIS SUR LE FORUM: je le loooove DISPONIBILITÉS: everyyyytime ! AVATAR PRIS: Dane DeHaan UN PETIT MOT: c'mon anniversaire  Joy  



CARACTÈRE  ▬  Impatient, nerveux, paranoïaque, brisé, cruel, violent, impulsif, rageur, cynique, sadique, ironique, déviant, débauché, liberté, obsessionnel, séducteur, psychotique, toxico, hystérique, maniaque, dispersé, désordonné, despotique, belliqueux, blessé, susceptible, cyclothymique, jaloux, possessif, émotion exacerbée, excessif en tout, vicieux, mauvais, manipulateur, rancunier, calculateur, joueur, charmeur, moqueur, blessant, agitateur, agressif, solitaire, hanté, insolent, provocateur, inhumain, capricieux, égocentrique, égoïste, frustré, hautain, arrogant, menteur, instable, ...

ANECDOTES ▬ Quand il vous fait demander, s’il doit envoyer quelqu’un vous trainer, il ne va pas apprécié. S’il doit venir vous cherchez lui même car vous n’entendez pas ses ordres, il fera en sorte que vous ne discutiez plus ses demandes. De façon irréversible.
Ce qui lui donne un peu de stabilité à ce jour, ce sont les années qui sont passées, le suivit psychologique durant sa jeunesse qui l’a aidé à s’ouvrir la tête, écouter les murmures de son seigneur, le clan de Roses et maintenant… Amalrich, son garde-fou. La force de ses principes arrivaient à ramener Louis au calme et à un semblant de raison. Quand Louis s’enrage et que le Prussien n’est pas là, on stress un peu chez les Camélias Rouges. Ils s’équilibrent, Louis lui donne des combats à foisons et Amalrich lui permet de contenir son clan (sans tous les tués pour un oui ou un non par exemple) et l’aide en partie à mener cette guerre intelligemment.
Et sa colère est nourrit et entretenue par un méticuleux démon. Celui de la Colère.
Il est une enveloppe de violence et rage.
On n’a joué avec lui, fait des expériences. C’est à son tour maintenant.
La bénédiction de Louis, une goutte de son sang qui perle de son pouce et qu’il dépose et essuie sur les lèvres de la personne. C’est son rituel quand il accorde quelque chose ou fait entrer quelqu’un dans son camp, lui montre sa reconnaissance. Surtout avec les vampires, une bénédiction, ou un poison. Car on n’offense pas le roi et on ne boude pas ce sang. Il est précieux ! Celui de votre roi ! Une goutte de poison, symbolique et qui a tendance à faire réfléchir avant de formuler une nouvelle demande.
On n’appelle jamais à la clémence de Louis, il le sera si vous avez de la chance. Il est plus souple après avoir bu du sang de nephilim, pour le petit conseil.
Il ne supporte pas les femmes dans leur intégralité, ce qu’elles sont et représentent. Il n’a que très peu de respect pour elles et on le sent à la façon de les traiter dans n’importe quelle situation. Un dédain abjecte. Pire sont les maternantes. Ça lui donne des décharges électriques désagréables. Il ne supporte pas qu’on le materne. A quoi bon ! Si c’est pour l’abandonner à la moindre menace et fermer les yeux. Fermer les yeux au point de ne plus pouvoir le toucher rien que de s’imaginer les horreurs qu’elle lui a laisser vivre sans rien faire. Non les mères... il les violentent bien plus que les autres.
Il a une fascination pour les requins depuis tout jeune et autre monstre marin.
Ce qu'il accorde n'est jamais gratuit.
Tout le monde n'a pas le droit de lui adresser la parole, il faut passer par des intermédiaires, d'autre vampires qui ont ce privilège. Il n'a pas confiance en grand monde et il ne va pas perdre de temps à écouter ceux en bas de la pyramide, la chair à canon, la main d'oeuvre facile. Il faut briller et savoir se faire remarquer aux yeux de Louis. Après, ils sont peu à se bousculer pour venir lui parler, surtout pour lui annoncer un échec. Par contre, s'il vous adresse la parole, vous avez intérêt à répondre et vite. Il n'est pas très patient.
Il a la claque facile et la main lourde.
Il prend plaisir à torturer les gens, les voir souffrir, sentir leur peur et leur panique. Il est joueur en plus, il a toujours plein de bonnes idées pour s'en prendre aux autres, que ce soit mérité ou gratuit. C'est trop souvent gratuit.
Il a demandé à Amalrich de l'entrainer au combat du temps des Roses Rouges.
Le Quartier Général des Camélias Rouges se retrouve dans la basse ville, à l'ouest. Ils habitent des appartements, un peu éparpillés dans un quartier. Les fenêtre sont emmurés ou barricadé et les appartement communiquent par les sous-col, ou encore les toits, voir des portes communicante installés entre, des trappes entre les étages. Plus on a une place proche des quartier de Louis, plus on a son estime et sa confiance. C'est Amalrich qui a son appartement collé au sien, en tant qu'Intendant du Roi. Forcément...
Il a tué le vampire qui l'a transformé. Il a attendu un moment de faiblesse, celui où il baissait ses gardes et lui a sauter à la gorge et n'a relâché qu'une fois qu'il le sentit se fossilisé, rattrapé par ses longues années de vie.
Pour sa survie, Louis ne doit en aucun cas faire face à Dorianne. Elle a une ascendance sur lui à cause du Redstar.




COMMENT RÉAGIRIEZ VOUS DEVANT UN FAIT SURNATUREL ? ▬ Il n'a jamais eu vraiment le temps d'y réagir, c'est comme si ça avait toujours fait parti de lui. Il était pré-disposé pour y finir, son esprit torturé et monstrueux n'avait sa place que sous la forme d'un monstre sanguinaire comme un vampire.

AVEZ VOUS CONNAISSANCE DU MONDE SURNATUREL ? ▬ Plutôt bien oui, de part les années qu'il a vécu en tant que vampire, de ses alliances avec d'autre créature comme des démons ou d'autres compatriotes nocturnes comme lui. Il se devait bien d'en apprendre plus sur ce monde auquel il appartient pour toujours mieux s'allié aujourd'hui, qui avoir sous la main, qui éviter, mieux connaitre les ennemis et leurs façons de faire, leurs faiblesses, ce qu'ils peuvent lui apporter...

QUEL EST VOTRE RÔLE DANS LE MONDE OBSCURE ? ▬ Son rôle, il lui appartient, même s'il est l'outil d'un démon, qu'un vulgaire petit pion pour de grand projets de colère chaotique et destructrice. Il n'agit que pour son propre plaisir consciemment. Il avait envie d'être Roi, d'être adulé, d'avoir un groupe pour le porter au sommet de ses pulsions. Son rôle, c'est de créer le désordre et entendre les gens hurlé de peur et de panique. Qu'on le supplie d'arrêter. Être fiers de ce qu'ils sont, se montrer et ne plus jamais laisser ces humains dormir tranquille.
Pourquoi pas ramener tout les vampires à sa cause et ses principes. Enfin, ça c'est sa petite utopie à lui.

QUEL EST VOTRE AVIS SUR L'EQUILIBRE ENTRE LE MONDE SURNATUREL ET CELUI DES HUMAINS ? ▬ Pour lui, cet équilibre n'a aucune raison d'être... Le monde devrait être un terrain de jeu ou de bataille et que les plus puissants et malins gagnent. Réduire l'être humain à la place d'esclaves, de divertissement ou encore de bétail, pourquoi pas même créer des élevages plus tard... Ils sont en bas de l'échelle alimentaire, ils ne survivront pas à la guerre qu'il déclencher à titre mondiale. Il est encore loin d'y arriver avec les autres clans vampires et les chasseurs.

SI L’ÉQUILIBRE EST PERTURBÉ, DE QUEL COTE IREZ VOUS ? ▬ De quoi vous parlez ? L'équilibre, c'est lui qui va le briser, croyez bien qu'il restera de son côté. Que les humains prient pour qu'ils ne les choisissent pas afin de grossir leur rang. La mort est un bien meilleur lot...

(c) Caelesti Lapsu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:32


Monster's Growth
...like a toxic lichen


Automne 1942
L’occupation allemande. Son père était un blessé de guerre et à la maison.
L’officier.. le pire de tous. Le plus vicieux de ceux qui squattaient cette agréable et riche maison.
Le petit Louis tout discret, sa petite tête blonde platine et ses grands yeux de glace. Très discret. Un peu trop et pourtant... L’homme au blouson noir et au deux éclairs blancs, son aigle qui trônait sur une croix gamée, son grade qui décoraient ses épaules et son col... Il l'avait vu lui.
Combien de fois il s’est retrouvé seul avec cet homme ? Personne pour savoir ce qu'il lui faisait.
Personne pour le croire...
Combien de fois a être brisé, l’esprit retourné par les paroles insidieuses et empoisonnées de ce tortionnaire ?
Combien de fois à être dépossédé de son âme pour mieux oublier... pour mieux subir le sort qu’on lui infligeait.


Ils sont partis laissant dans la tête d’un enfant de huit ans un monstre grandissant en son sein.
Mais ce monstre... Ce n’est pas lui qui l’a mis... il a juste ouvert les portes pour le faire sortir beaucoup plus vite. Car le monstre... il a toujours été là. Il dormait tout simplement et cet homme a su le voir en moi…

« Je reviendrais… » et ses paroles résonnaient toujours dans sa tête, un lointain écho. Glacé.

HUMAN


— 12 octobre1944
« Louis, explique nous… Louis ? Tu m’entends… Explique nous ce que tu as ressenti en tuant cet animal… »
« … »  
« Tu n’aimais pas ce chat ? »
« … »

— 20 Janvier 1945
« Qu’est-ce que tu as ressenti en tuant ce chat Louis… (soupir) »
« Rien. »
« Rien ? »
« Je ne suis pas sûr »

— 4 Février 1946
« Est-ce que tu as ressenti quelque chose en tuant l’animal Louis. »
« C’était pas le premier… »
« Pardon ? »
« Il y en a eu d’autre… »
« Quoi ?… Quand ? »
« Hier encore, je rêvais que je jetais un enfant dans le lac… Là ! » pointait-il quelque chose à la fenêtre. « Votre marre au canard que vous osez appeler étang. »
« Réponds à la question Louis ! »
« Oui, mais qui va sauver cet enfant ? »
« Toi tu penses pouvoir le sauver ? »
Il secouait lentement la tête.
« Moi, je peux le sauver… »
« … Non, il est mort… »
Il penchait la tête avec un sourire inquiétant, alerte au moindre bruit.

— 26 Mars 1951
« Pourquoi t’en es venu à tuer ces animaux Louis… »
« … »
« Pourquoi, si tu ne ressens rien. Tu le fais pour… ressentir quelque chose ? »
« … »
« Ou tu le fais pour savoir si tu es capable de ressentir quelque chose ? »
« … Lequel est le pire ? » se penchait-il, faisant cliqueté les chaines à ses poignées qui le fixait au sol. Qu’il évite encore à s’en prendre à un soignant.
« Quoi ? »
Et Louis se mit à rire, mais comme jamais. Il ne s’arrêtait plus, un rire grinçant de folie et de monstruosité.

— 12 Juillet 1953
« Louis… Louis ? … Regarde moi… » et la voix de l’homme fut brusquement rauque et ténébreuse.
Louis tournait la tête et son sang se glaça.
« Je t’avais dis que je reviendrais… » fit l’homme en esquissant un sourire carnassier.
Louis grimaçait de terreur et s’enfonçait dans sa chaise. L’officier allemand durant l’occupation. Il se mit à paniquer, hurlant comme un dément et se levant brusquement de sa chaise. Il tirait sur ses chaines. Il voulait fuir, partir loin d’ici. Loin de lui. Il n’arrivait même plus à respirer, s’étouffant avec ses larmes et ses suffocations. Quand son souffle revint c’était pour hurler de nouveau. D’un regard et d’une parole il l’intimait enfin à se calmer.
« Je vais te sortir d’ici… Tu ne vois pas pourrir dans ce genre d’endroit, ils vont t’empêcher de te développer. Mais j’ai besoin qu’ils te brisent encore un peu. »
Louis respirait vivement, la voix coincée dans sa gorge nouée. Il avait la nausée, la tête qui tournait. Son esprit était tellement incapable d’encaisser que cela envoyait des alertes par des symptômes physique.
« Je viendrais te sortir de là. Ne t’inquiète pas. »

Des nuits à hurler et ne pas trouver le sommeil, ne sachant plus s’il était dans la réalité ou ses cauchemars  

— 5 Août 1953
Pas d’évolution. Nouvelle régression. Raison ? Inconnu.
Angoisse et délire accentué.
Augmentation des dose du traitement.


— 14 Janvier 1956
Première sessiond’électrochoc ; 3e séance.
Pas de grande amélioration.
Observation du traitement, préconisé les sédatifs et les décontractants. (Morphine)


— 9 Octobre 1958.
Deuxième Sessionvd’électrochoc ; 7e séance.
Observation, si pas d’amélioration, envisager la lobotomie ?


COBAYE

« Bonjour Louis… »
Le jeune-homme ne répondit pas. Toujours aussi sur sa chaise, les genoux relevés et la moitié de son visage caché derrière. Il ne la regardait même pas. Louis changeait de thérapeute aujourd’hui. On arrêtait enfin les éléctrochocs. Il avait ce regard si vide. On n’entendait que sa respiration, plutôt rapide et sifflante. Il n’était pas à l’aise du tout. Le changement le perturbait, surtout ici. Pourquoi ils arrêtaient les électrochocs hein ? Et la lobotomie ? Ils abandonnent ? C’est bizarre… Je ne peux pas être sauvé. On le sait tous…

« Je me présente, je suis le Dr. Bryce… Je suis ta nouvelle psychiatre… »
Sa respiration s’était tut durant un moment et il reprit avec un calme subjuguant. Elle était assise, mais il ne l’avait même pas vu, juste entendu ses talons sur le sol de la pièce impersonnelle. Il tournait la tête pour la voir et il avait bien cru ce qu’il avait entendu. Il eut un bref rire plutôt mesquin. Une femme docteur et psychiatre en plus. C’est vraiment à se demander à quoi ils jouaient ? C’était une blague ? Très mignonne leur infirmière… Je le sais, t’es juste déguisée. C’est un test tout ça hein ? Non… Mais alors qu’est-ce qu’ils veulent !!!!!?

Elle commençait à se présenter et Louis baissait une jambe pour s’accouder à la table, faisant tinté les mailles de la longue chaine qui était passée dans un piton au sol et lui liait les mains. Il avait un sourire dérangeant. « Perds pas ton temps à parler… » la coupait-il. « Ta bouche est seulement parfaite pour sucer des queues… » lui envoyait-il avec un sourire presque d’enfant heureux de sa provocation.

Il ricanait et Primrose l’ignorait, commençant un rapide entretient pour le cerner et finir par lui expliquer froidement l’histoire du traitement. « Ah c’est donc ça ? » dit-il en se frictionnant les mains nerveusement, de nouveau caché derrière ses genoux. « Je suis là pour des tests… Un nouveau médicament… Je ne suis plus qu’un cobaye. Pas grave si je succombe hein… Qui va me regretté… Fais ce que tu veux, vas y ! Exécute moi pour ton plaisir d’innovation… Tes lugubres expériences… » sa voix s’emportait au fur et à mesure. Il avait déjà un pied à terre, puis maintenant, il posait lentement le deuxième. « Surtout, te dérange pas, ne te retient pas, ne me ménage pas… » et d’un geste, il se brisait le pouce pour faire glisser la menotte, bondissant par-dessus la table et sauter à la gorge du Dr. Bryce.

La chaine glissa sèchement et dans un bruit glacial. Vif, il lui passait autour du cou et serrait. Penchée sur elle, son sourire d’aliéné sur le visage il venait lui murmurer les dents serrées : « N’ai aucune pitié… Et surtout, tue moi avant que je ne te tue… »

Louis tomba subitement sur le côté, s’écroulant mollement. Il venait de recevoir un coup de matraque en pleine tempe, les infirmiers qui venaient d’intervenir. Ils évacuèrent rapidement la femme alors que le patient était roué de coup même si inconscient.

Il avait alors commencé ce traitement, celle pilule rouge, brillante comme une petite goute de sang figée. Son état s’était vite dégradé, affichant clairement une forte dépendance, … Il fallait revoir les dosages mais l’air de rien, il était le seul qui n’avait pas succombé. Or cela ne dura pas. Dorianne voulait que Prim cesse ses expériences et… Il avait dit qu’il reviendrait le sortir de là. Il y avait un autre vampire qui le trouvait intéressant, plus que pour la grande capacité à tolérer du sang de vampire et il n’avait pas envie qu’on gâte sa nouvelle oeuvre. Il était temps qu’il intervienne. Une nuit à l’asile, des hurlements, puis des bruits de fracas et Louis n’était plus dans sa chambre.

VAMPIRE


Il tenait à peine sur ses jambes. Cela ne pouvait pas attendre, et pourquoi cela attendrait. Il était disposé à mourir… Pour mieux renaitre. C’est ce que l’allemand lui expliquait quand le jeune homme revenait de la mort. Pourquoi ? Qu’est-ce qu’il avait fait… Il l’avait rendu meilleur. Plus fort. Plus évolué que ces humains… Un prédateur, un carnassier, les outils pour déverser sa rage… L’angoisse de le retrouver, de lui appartenir pour l’éternité, mais le soulagement d’être enfin compris. Au final, jusqu’à maintenant, il était le seul à comprendre ce dont il avait besoin.

Il est retourné chez ses parents. Il était un peu perdu et ne savait pas où aller. Quelques jours à devoir se cacher de la lumière, calmer cette fièvre, la soif intarissable du sang, obsédante et le dépossédait. Primaire. Il réussit à arriver jusque chez lui, assez malin pour mentir, dire qu’on l’avait guérit. Il avait l’air si différent, enfin toujours un peu étrange. Mais il leur jouait un rôle, celui du jeune homme sage, qui voulait se repentir. De revenir de la mort, il n’avait eu que des images floues de sa vie. Les drogues n'avaient marqués que les plus pénible sous son crâne. Il devait revenir ici, mais pourquoi ? Pour laisser cette allégresse à déchirer des carotides se déverser sur sa famille. Ceux qui l’avaient envoyé là-bas, à l’asile. Ceux qui n’avaient rien dit alors qu’ils savaient très bien ce qui se passait avec cet officier nazi. Faire les autruches, cacher les soucis, les éloigner, les taires, les oublier… Très rapidement, ils ne venaient plus le voir. Des années à le laisser seul, comme mort. Ils avaient raison. Il était mort dès que cet homme avait posé la main sur lui.

« Vous récoltez seulement ce que vous avez semer… » dit-il à ses parents, sa soeur ses neveux et son beau-frère, enjambant les cadavre étalés dans la maison, d’une pièce à l’autre, la femme serrant ses enfants. Le petit garçon un peu plus loin les bras tendus vers elle. Elle les avait vu mourir avant qu’il ne s’en prenne à elle.

(c) Caelesti Lapsu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:36


I'm better alone
une citation courte qui va bien


— 1962, Paris, France.

« J’ai entendu dire que… quelqu’un était très en colère dans cette ville… »

Louis se relevait, soulevant par le cheveux le corps encore chaud, ensanglanté, déchiqueté à certain endroit, démembrés. Il le lâchait et le corps s’écroulait lentement sur le bitume humide dans un bruit mat. Louis était couvert de sang, jurant avec sa peau laiteuse et ses yeux de glace, son sourire qui s’étirait comme celui du joker, du rouge jusqu’aux oreilles. Et tout autour de lui, des cadavres jonchant le sol, les mains encore cramponnée à leur arme. Tout un four d’héroïne, qu’il avait réduit à néant en l’espace de quelques minutes. Il cherchait seulement à combler le manque de Redstar et ses crises nocturnes, un vampire encore jeune et insolent.

Il ne se retournait même pas, juste la tête, les cheveux devant le visage, ne dépassant pas l’angle de son épaule. Il rit. « Tu crois ? Qu’est-ce qui te fait dire ça ? C’est lui qui te l'a dit.. » dit-il le ton cinglant de folie en regardant le cadavre à ses pieds. Il humait l’air en s’essuyant du revers de son bras. « Ou tu as deviné tout seul ? » Continuait-il avec sarcasme. L’homme derrière lui disait pouvoir faire tonner haut et fort sa colère. Il pouvait l’aider. Louis s’arrêtait de rire et son sourire se fit moins grand mais plus marqué. Il en avait de la prétention celui-là. Il n’avait pas besoin d’aide pour laisser exploser sa colère. Enfin…

« Qu’est-ce que t’es, tu sens pas le sang humain… C’est intéressant. T’es pas un vampire non plus... » dit-il alors qu’une de ses canines brillaient, reflétait la pâle lueur d’un réverbère. « Tu as jusqu’au levé du soleil pour le deviner… » Louis se retournait enfin. L’homme à la nature encore inconnue devenait de plus en plus intéressant.

L’homme lui épargnait la vie, à quelques poussière d’heure de l’aurore ; Louis n’aurait pas d’autre moyen que de se retrouver une cachette pour la journée, une cave ou encore les égouts…

« Je ne traite pas avec les démons, je suis un vampire... J’ai aucun intérêt à y gagner… J'ai pas besoin de toi. » lui cracha Louis, comprenant bien ce qu’était l’homme après s’être battu avec lui. « Tu devrais… Oublie ta prétention et voit ce que tu as à y gagner… Réfléchis bien. Moi je n’ai pas peur de la lumière du jour… Le soleil arrive… Ah… » Louis se débattait, mais le démon le tenait avec une poigne de fer. Il commençait à paniquer, voyant lentement la lumière éclairer le haut des bâtiments. Ce n’était qu’une affaire de minutes. Paniqué, mais il souriait. « Mon nom est Isaiah » lui murmurait le démon avant de le lâcher à la dernière minutes, le vampire fuyant comme un rat affolé.

Il le retrouverait bien plus tard, le temps de laisser tout son esprit torturé chercher une direction à prendre, quel coup de tête écouter et suivre ?

WIFE, U.K.


— Date, Brighton, Angleterre.

« Mais tu crois pas que je sens leurs odeurs sur ta peau !!!?? » lui crachait-il littéralement dessus, les deux mains sur sa gorge. Il était enragé. Elle avait juste discuté avec le voisin, au portail de leur maison.
« Faut savoir !!! Il n’était question que de George il y a cinq minutes ! Maintenant ils sont plusieurs ! Va t'faire soigner ! » lui sifflait-elle à son tour mais elle éructa rapidement, se déchainant sur la main de Louis, arrachant sa peau avec ses ongles. Celle qui lui écrasait son cou délicat. Il sentait son sang pulser sous ses doigts et elle sa main gelée. La main de la mort. Elle le voyait à son regard. Elle le savait… Les larmes montaient et coulaient malgré elle. C’est avec colère qu’elle le regardait pourtant. Le peu d'espoir qui lui restait pour avoir la force de lui tenir tête, comme toujours. « Tu te méprends ! Arrête Louis !!! Arrête… Je... t’en prie… » et sa voix s’étranglait, sa poitrine se secouait rapidement. Elle manquait d’air. Il finit par la relâcher alors qu’il la vit rouler des yeux.

Elle s’écroulait et toussait douloureusement, cherchant de l’air. Sa gorge était rouge. Louis fit craquer ses cervicale d’un mouvement sec de la tête. « [color=DarkOliveGreen]On ne faisait que parler… De toi justement... »
« Ah ouais ? Et de quoi au juste ? Que t'es toujours pas enceinte hein ! Il se pose vraiment des questions ou il essaie de voir s'il peut t'en faire un pendant que j'ai le dos tourné... » fit-il avec sarcasme.
« Arrête… Tu te monte la tête tout seul ! Tu sais que je n’aime que toi et je ne vois personnes d’autre… De quoi t’as peur ? »
« C’est toi qui a peur… Et on ne peux pas aimer dans la crainte. On croit qu’on n’aime mais non. On pense que c’est de l’amour, mais c’est seulement de la survie. »
« Tu te montes la tête tout seul, je répète… Pourquoi tu crois que je serais encore là à te supporter si je ne t'aimais pas ! Je n’ai pas peur de toi. C’est toi qui a peur. Pourquoi tu me transformes pas hein ? Je le sais moi… Tu as peur que je t’échappe car trop de possibilité s’ouvrirait à moi, que je te sois plus forte, de t’engager pour l’éternité et pire encore… Parce que même vivant, t’as jamais su comment battait un coeur qui aime… de la pure curiosité ! Va savoir ??! Merde ! » fit-elle, excédée. « Et moi, qu’est-ce que je suis au juste ? … Si t’es aussi parano alors que t’es surement l’infidèle de nous deux, c’est parce que tu sais pas ce que c’est aimer. T’en a pas compris le concept. Je te rassure seulement que tu puisse construire quelque chose avec quelqu’un ! Et crois moi, doit pas y’en avoir beaucoup pour te supporter ! Tu ferais mieux de ne pas me perdre et faire attention, car si tu continues… Je te jure que j’irai voir ailleurs ! » explosait-elle, se frottant la gorge.  

Elle se relevait en s’appuyant sur le mur, il était dos à elle face à la cheminée. Elle le vit prendre le pique à bois. Elle eut à peine le temps de s’élancer pour fuir qu’il était arrivé devant elle, la barre en fer qui lui traversait l’abdomen. Il l’avait regardé droit dans les yeux, sans aucune émotion. Il la tenait contre lui alors qu’elle s’effondrait lentement, une main sur sa poitrine. « Je préfère sentir les coeur qui meurent… ». Elle étirait un triste sourire. « Oh, fait pas cette tête, on le savait que ça finirait par arriver… » dit-il en penchant la tête, elle s’éteignait. Il regardait son âme partir, dénué d’émotion durant quelques secondes.

Il retirait le pique à bois de son corps et venait la serrer contre lui une dernière fois, la berçant légèrement. « Regarde ce que tu m’as fais faire… » murmurait-il avant de lui caresser le visage et lui déposer un chaste baiser sur ses lèvres déjà froide. Et son visage se décomposait. Il la serrait plus fort juste pour pouvoir étouffer ses sanglots et ses hurlements.  

(c) Caelesti Lapsu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:37


American Dream
Jette moi au loup, je reviendrai chef de la meute


Il quittait l'Angletterre pour les Etats-unis. Isaiah lui avait parlé de plan là-bas, il n'aurait qu'à le retrouver à New-York. Ce qu'il fit et il passa quelques années auprès du démon, à aider dans ses affaires et son trafic, savoir gérer les affaires en cette époque, dans ce pays et avec les humains. Ce qui se faisait... Se créer une couverture.

Très vite par ennui, il avait envie d'aller voir ailleurs. Il est allé aux quatre coins de l'Amérique, séjournant un long moment au Mexique et son chemin s'était fini à la Nouvelle-Orléans depuis déjà bien des années. Comme trop souvent, il la jouait en solitaire et trop souvent, il finissait dans les trafics, ou les sales histoires. Il ne connaissait que ça après tout. La violence et les sales histoires...

Et un soir, presque mourant, passé au couteau par tout un gang organisé, elle lui était tombée dessus. Ce visage, il lui était si familier. Il avait pensé à un délire et cette voix, un écho. Des flashs, une salle blanche et les barreaux rouillés qui barraient son visage. Des traces douloureuses qui marquaient ses poignets violacées. "Dr Bryce" fit une voix déformée froide, le bruit grésillant et strident. Le soleil allait se lever... La vampire, ramenait le vampire solitaire dans son clan, la cour de Dorianne. Les Roses Rouges.

Parasite in the Rosebush


Il s'est très vite fait une place. Un peu instable et violent, mais vu que Primrose l'avait trouvé, elle le gérait... Faut dire qu'elle le connaissait plutôt bien malgré les années qui sont passées depuis leur première vraie rencontre. Louis n'avait pas l'air de se rappeler, mais tout le monde l'avait remarqué : il avait une étrange fascination pour elle. C'est que ses souvenirs d'humains bouillonnaient sous la croute rocheuse de son esprit torturé de vampire échappé d'asile. Enfin, c'est vrai que pour l'instant, elle le contenait. Il y avait aussi Amal qui avait été l'un des rares à avoir son respect. Même avec Dorianne, il était parfois limite.

Malgré tout très investi dans les début pour le clan des Roses Rouges, il n'était pas surprenant qu'il obtienne le titre de Chapelier Fou. Quelle ironie, comme dans l'histoire, il allait se retourner contre la Reine. Ou alors, elle l'avait sûrement senti et préférait influer un traitement particulier en lui donnant l'un des personnages les plus instables et peu fiables du Conte. Oh, elle avait le flair pour cerner les gens cette Reine. Et elle avait prévenue sa fille de ne pas trop se laisser approcher et encore plus auprès de Prim vu à quoi elle jouait avec ses petites expériences. Non, elles ne devaient pas laisser le serpent les charmer.

« Arrête ! Tu vas avoir des problèmes… » lui dit-elle froidement, pas stressée ni plus apeurée. Au contraire, elle restait droite et impassible. Elle devait se maitriser pour avoir un avantage sur Louis. S'il sentait une faille, c'était fini... C'est là qu'il permutait.
« Rhoo vraiment ? Amal ? Qu’il vienne… Je n’ai pas peur, c’est pas lui qui va m’arrêter et je doute qu’il se pré-occupe de ce que tu fais de ton cul… Ou alors Dorianne ? C’est plutôt toi qui va avoir des problèmes non ? » lui dit-il avec un sourire carnassier, la collant un peu plus entre lui et la table.
« Toujours aussi élégant… Et je parlais de mon fiancé… »
Louis rit, traduisant qu’il était encore moins gêné pour celui-là.
« Et je pensais que c’était plutôt mon Sire qui t’as tapé dans l’oeil… »
« Oui, enfin… C’est plus subtile que ça, mais toi… Toi il y a quelque chose… que je ne saurais expliquer... » dit-il en se perdant un instant dans son regard et ses lèvres. « C’est en moi… ou en toi… Quelque chose de dérangeant, mais un mystère excitant... Et ne nie pas, toi aussi tu le sais… Ton visage, je le connais… Et tu le sais. Toi, tu le sais… » répétait-il en la dévisageant d’un sur étrange. Au fur et à mesure qu’il lui parlait, il avait rapproché son visage et serré sa main sur son cou délicat.

« Dis moi !!! » lui hurlait-il. Toujours aussi forte, elle affrontait son regard avec sévérité et aplomb, se mordant la lèvre avec une sorte d’hésitation. Elle hésitait entre se laisser aller, le repousser avec violence, à lui dire, à continuer de nier… Finalement, glissant une mains dans sa poche, elle sentit son pilulier…

« Prend ça… Ouvre la bouche. » fit-elle, la capsule rouge sang entre son pouce et son index. Louis ne l’avait pas relâché et pas ouvert la bouche, regardant la pilule avec dédain. Celle qu’on lui avait interdit d’approcher ou de toucher. Tiens… On lui avait même glisser que ça finirait par l’empoisonner. « Tiens…? » C’était nouveau, maintenant il pouvait. C’était bien ce qu’il pensait, on ne voulait pas qu’il s’empare du Redstar, alors toutes excuses étaient bonnes pour l'en éloigner mais peu importe les moyens, il finirait par tout savoir sur cette pilule et les avoir pour lui. Ou t'être que ce n'était qu'un poison en jouant avec ses tentations.
« Prends le… Crois si je tentais de te tuer, je ne l’aurais pas fais aussi simplement… Fais moi confiance… » avait-elle dit la dernière phrase en français, dans un murmure. Et il était étrangement en confiance. « Tu en as déjà pris… » Il ouvrit la bouche et elle déposait le Redstar sur sa langue. Il refermait ses lèvres sur le bout de ses doigts, avalait et attendit.

En quelques minutes ça le frappait. Il revoyait plus nettement son visage dans son décor. La blouse, leurs entretients. « Bonjour, je suis le Dr. Bryce… Le Docteur... Bonjour - Bryce ... Je suis le Dr. Bryce » un disque rayé qui tournait en boucle et l'assourdissait. Le traitement aliénant, qu’elle lui donnait. Un sourire mauvais s’étirait sur ces lèvres. Oui, elle lui avait déjà donné cette drogue. Le geste, de lui avoir parlé en français, le gout du film de la gellule sur sa langue. La drogue finit par lui monter à la tête...

« T’es immunisé contre le sang de Dorianne… car… »
« J’en ai pris humain… » siffla t-il en serrant un peu plus sa main. On avait entendu sa trachée craquer. « Sale pute… » Il la ramenait vivement vers lui collant sa bouche à son oreille. « Tu te rappelle ce que je t’avais dis… Tu moi avant que ne je te tue… » lui avait-il susurrer, Prim le murmurant avec lui, se rappelant très bien.

Il était temps qu’elle passe à l’attaque, sauf que la bêtise… Louis était sous Redstar, elle ne fit pas le poids…

Il ne l’avait pas tué… Non. « T’es sublime… Toi, ton invention… C’est pour ça que je t’épargnes… Enfin… » dit-il avec un rictus cynique, remontant son pantalon et bouclant sa ceinture, la bouche dégoulinant de sang. Il allait mal dormir ce soir, mais il avait tellement eu envie de la saigner et dans le feu de l’action… « Tu verras, tu pourras pas te passer de moi. T’as pas pu t’empêcher, t'aurais pu me laisser mourir mais non ! Il s'est fallait que tu me récupérer dans le caniveau… Et je sais que… bientôt tu me suivras… »

Ce qui ne fut pas le cas quand il avait commencé à monter les membres des Roses Rouges contre Dorianne et ses principes. Ce n’était pas la première fois qu’il entrait en conflit avec la Reine car il s’opposait à ses idées, mais il le faisait avec de plus en plus de véhémence, désobéissait aux ordres donnés par pur provocation ou faire simplement à sa manière afin de lui faire perdre sa crédibilité. Il a tenté d’approcher Astoria pour mieux l'atteindre elle, il retournait la tête d’Amal. Pire qu’un cancer, il fallait l’éjecter avant qu’il ne retourne tout le monde.

« Il est où l’équilibre ?? D’où elle le conserve. Avec des petites bagues ?! On n’est pas des créatures du jour… Elle en fait quoi ? Elle se cache pour mieux vivre au milieu de ces humains… C’est là qu’elle a tort… L’équilibre qu’il faut briser, c’est bien de se montrer à ces vulgaires et faibles petits humains pour leur faire comprendre que la nuit nous appartient… On doit pas se cacher. Pas se fondre, on n’est mieux que ça. On n’a pas à avoir honte. » était-il venu souffler à Amalrich alors qu’il était sous opium. Une phrase qui finit par se faire une place et le faire quitter les Roses Rouges à son tour après celui de Louis. Il était doué pour ça, vu le nombre de personne qui se sont opposés contre la Reine avec lui.

tear off the Red-Rose's petals


« Ma colère te fera frapper le fer et sentir la douce odeur du sang. » seulement ça, et il avait fini par porté allégeance à Louis.Il pouvait avoir confiance en Amal, et le reste du clan aussi, n'étant que le rempart entre le Roi et sa cour pour le bien de tous. Il savait qu'il pouvait lui faire assez confiance pour monter enfin son propre clan de vampire. Lui aussi aller jouer au Roi, pourquoi il ne se le permettrait pas. Avec alors le soutient d'Amal et l'aide du démon et les quelques vampires qu'il avait récupérer, il fit grossir doucement son essaim.

Le Roi des Camélias le voulait pour lui, qu’il soit à ses ordres à tout niveau, posséder son entière dévotion sans aucune condition. Son caprice d’aujourd’hui… « Déshabille moi… » lui avait-il murmuré, recroquevillé dans le fauteuil au fond de la pièce sans lumière si ce n’est la faible lueur d’un candélabre. Amalric s’approchait et s’arrêtait à quelques pas. Louis esquissait un rictus carnassier qui brillait dans la pénombre. Il se levait d’un bond face à lui, l’homme à l’uniforme qui restait de marbre, sans peur. Le regard de son seigneur était vide, inondé de redstar. Il penchait sa tête, tel un animal, un serpent qui cherchait le meilleur angle pour attaquer. Il sourit d’aise, fermant les yeux lorsqu’il sentit les mains de l’homme venir lentement attraper son col, y glisser deux doigts et détacher les boutons de sa chemise. « Va pas trop vite… » chantonnait-il d’un petit rire.

Une fois entièrement nu, il l’intimait à retirer sa veste, mais Amal se rebiffait lui attrapant sèchement le bras pour l’arrêter dans son élan. Louis lui envoya un regard glacé. « Tu oses ? » Siffla sa voix, venant presque d’outre-tombe toute canine dehors. « Enlève la alors, toi ou moi… là maintenant… J’en ai rien à foutre. ». Il n'aimait seulement pas qu'on s'oppose à lui.

Louis lui sautait sauvagement dessus, accompagnant ses gestes pour se débarrasser de cette fichue veste d'uniforme. Louis y était allé avec tellement de force qu’il s’était tout les deux projeté sur la table. Le roi lui arrachait ses vêtements à son tour. Ses lèvres, ses mains, il n’avait pas à le repousser, le laisser le souiller de ses caresses, de ses pulsions, de ses marques… Un croc ici et là, ses ongles qui déchiraient sa peau et sa bouche qui embrassait son poitrail avec passion et ardeur. Il s’arrêtait alors brusquement devant le sceau de la reine Dorianne, sa fichue rose rouge. Malgré les cicatrices qu’Amal s’était infligé, il ne voyait que ça. Son regard s’assombrit brusquement, les yeux entièrement noirs. « Ça ne suffit pas !!!! » S’était-il mit à hurler, faisant trembler les murs. Il le répétait, aussi fort, frappant si violemment sur le torse d’Amalric que la table se brisa en deux.

Ils s’écroulèrent dans les morceaux de bois, dont un qui traversait la cuisse de l’ancien soldat. Le Roi du Chaos se jetait sur lui, plantant ses dents juste sous son coeur, faisant disparaitre le tatouage sous sa bouche et le sang. Il l’avait mordu avec une sauvagerie sans nom et il lui arrachait le morceau de chair dans une rage folle. On pouvait voir ses os, sous les lambeaux de peau. Il se redressait et enfilait sa main dans le trou béant qu’il avait laissé, jusqu’à tenir son coeur entre ses doigts. Il crachait le bout de chair à côté d’Amal, un sourire lubrique. « Tu m’appartiens, tu le sais ça ? Quoi qu’on voit sur… ta peau… Il est à moi. » avait-il chuchoté, resserrant un peu plus ses doigts sur son organe et tirant légèrement dessus. Il finit par le relâcher et se penchant pour attraper la chemise du soldat un peu plus loin, s’essuyant le visage et le jetait avec dédain sur le Prussien

Il se relevait et errait dans la pièce. Il y avait un vase avec des fleurs sur un petit pilonne décoratif ; avec des camélia rouges bien sûr. Il se la passait à l’oreille et revenait, faisant signe à Amal de ne pas bouger. Il vint alors glisser la tige de la fleur dans sa plaie, ne laissant que la tête ressortir, cachant la plaie. Et l’emblème, c’était le sien qu’il avait maintenant. Il trouvait ça si élégant et cela lui donnait une idée. Il déposait un baiser sur la fleur et laissait Amalric sans cérémonie. Il n’était plus d’humeur. Il voulait seulement voir la puissance de sa loyauté, mais encore une fois, une rose pour tout gâcher…

Il l’avait fait rappeler quelques jours plus tard. Encore un caprice, Louis s’ennuyait qu’on disait. Il avait envie de reprendre ce qu’ils avaient commencé, glissant ses mains sous sa veste pour dégager son torse, les lèvres pendu à son cou, Louis lui racontait une histoire sordide de femme séduisant leur mari pour mieux les tuer. Ses mains glissaient sur les hanches d’Amal, son dos, le serrant contre lui, éraflant la peau de son épaule sous une canine, palpant son torse et les retirait lentement du corps du vampire pour les glisser derrière son dos.

Il sortit quelque chose de sa poche. « Je suis désolé… » dit-il plus que sérieux, et il lui enfonçant soudain quelque chose en plein coeur. Le regard d’Amal se figeait devant la simplicité de son exécution, il ne pouvait y croire. Son regard, son sourire. Le Roi n’avait même pas l’air plus touché, plus affecté de perdre un élément comme lui. Sans un peu de défi ! Pas un combat... Quel lâche !

Puis… Finalement, il réalisait qu'il était encore là. Louis se mit à ricaner, possédé. Amalrich baissait ses yeux. Il ne lui avait pas enfoncé un pieux, mais une broche, un clou forgé dans l’or et son propre sang et la tête forgé et gravé à l’image d’un camélia rouge sang. Louis passait doucement ses doigts dessus, un regard admiratif devant tant de beauté et de finesse. « Si j’étais toi, j’éviterais de t’amuser à le retirer… » Il marquait une pause, étouffant un léger sourire. « La pointe est rétractable, si tu tires dessus sans savoir comment faire, elle atteint ton coeur… » lui dit-il en esquissant un sourire encore plus fier de lui. « Je suis le seul à savoir le retirer… » juste pour le nourrir d’espoir, car il n’y avait pas de façon de faire. Si on la retirait, la pointe se déployait jusqu’à son coeur. Amal devait s'en douter dans le fond.

L’homme vint toucher cet étrange bijoux plaqué contre sa peau, planté dans ses chairs. Il finit par ouvrir les bras lentement et poser un genoux à terre. Il se rendait entièrement à son roi et Louis lui donnait sa bénédiction, d’une perle de sang sur son pouce, il marquait les lèvres de son nouvel allié précieux. Son équilibre pour mener à bien ses projets. Il avait besoin de sa soif de combativité et de son esprit un peu plus clairs et attaché à des principes. Un peu de règle pour guider, cela n’était pas un drame… La voix de sa raison.

« Toutes façons, on ne quitte pas les Camélias… Dans mon jardin, si vous disparaissez c’est parce que j’ai décidé de vous y arracher jusqu’aux racines. » dit sur un pas lent avant de quitter la pièce. « Je ne laisserais rien pourrir mon jardin. Surtout pas avec des roses… »

Il s'arrêtait à la porte.  «En parlant de rose... Faut qu'on se trouve plus d'allié et de vampire, qu'on en transforme faite vous plaisir ! Et trouve moi des bons candidat, des machines de guerres je m'en occuperais... J'ai des projets... Des grands projets. Ça va péter, faut qu'on me protège... Elle va pas aimé.» finit-il avec un sourire sardonique. Il parlait de Dorianne, ils s'étaient très bien compris.

(c) Caelesti Lapsu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:37


War
une fumée couleur pourpre et à l’odeur du camélia.


Louis était seul, isolé, loin de la foule. La fête des Morts. L’ambiance était bonne enfant dans les rues, la fête ! La soirée ne faisait que commencer. Il fallait attendre un peu, qu’ils soient plus en effervescence, la peau collant de transpiration et d’alcool. Affaiblis, handicapés, lésés ou encore libérés par la boisson. Celui qui s’était proclamé Roi était étrangement calme. Il observait, mais surtout il patientait, attendant l’heure. L’heure du glas.

Amalrich était venu à sa rencontre. Louis était immobile, la capuche sur sa tête, appuyé contre un mur dans une impasse. « Ils sont en place… ». Louis levait seulement les yeux vers les toits. Un petit sifflement et un vampire se fit voir. Son Seigneur lui fit un signe de tête et un pétard s’envolait, un feu qui explosa en une boule de paillette rougeâtre. Un simple feu d'artifice pour les humains, le top-départ pour les monstres...

Dans une des rues animées, ne visant qu’un petit quartier, un vampire au milieu de l’allée la plus étroite claqua sa bombe de fumée, un tube large et allongé. Une fumée épaisse et noire s’en échappa par les deux bouts. Les passants autour furent les premiers alertés. Plus loin, une femme levait son flambeau d’une fumée rouge, et bientôt, les un après les autres permutant leur bombe, on n’y voyait plus rien dans la rue, des brumes colorés qui envahissaient la rue. Ils avait tous le visage couvert, masqué ou maquillé en l'honneur de la fête des Morts Mexicaine.

Louis remontait le foulard sur son nez quand il commençait à entendre des cris et des fracas. Il quittait son impasse pour se rendre dans le coeur de se brouillard signé les Caméilas Rouges. Tout le monde a des masques, même les vampires. C’est à ne plus s’y retrouver, la panique qui monte dans le coeur des humains et la peur qui leur glace le sang. Les vitrines détruites, des humains blessé, des incendies provoqué, un vrai carnage matériel et violent. Quelques victime, mordues et vidée de leur sang dans la folie de ce coup d’éclat. Pour Dorianne, mais aussi ces Hommes. Qu’ils se préparent, car Louis, il ne compte pas se cacher. Ce n’est pas son but.

J’ai juste besoin de m’exprimer…


Ils avaient le droit, Louis avait dit un par vampire pour ce soir. Le seul objectif de leur attaque éclaire, c’était de créer l’angoisse dans leur tête. Et, il ne fallait pas attirer les chasseurs, pas trop vites. Eux aussi avaient le droit de s’amuser pour Halloween et qu’il y en avaient qui jamais n’arrêtaient de travailler. Pas de perte dans son camp pour ce soir là. Vu l’instabilité de Louis, c’était si rare qu’il calcule tout à ce point là, surtout qu’il se retienne de faire un carnage. C’est que c’était important alors mais on n’était jamais à l’abris d’un débordement avec lui ou ses membres, mais Amal et ses principes étaient là pour veiller au grain. Il avait parlé de son plan avec une telle lucidité à son soldat prussien, que ce dernier souhaitait aussi que l’annonce officielle de cette guerre soit parfaite, que leur nom sortent même de la bouche infecte de ces humains. Or, il ne fallait pas se précipiter bêtement et se laisser emporté par l'effervescence d'une haine trop viscérale.

Cela ne dura que deux heures avant qu’ils ne disparaissent. Les rues étaient dans un état lamentables. Les débris de tout ce qui avait été saccagé, le feu qui avait noirci les murs aux couleurs chatoyantes, les corps encore vivants ou pratiquement morts étalés au sol. Les morts… Accidentelle ou encore les cadavres percés de trou très caractéristique, et une rose rouge dans leur bouche. Un pied de nez… une petite attention de Louis pour Dorianne.

Dans les journaux on parlait seulement d’un groupe d’anarchistes violents. Peut-être leur feraient-ils parvenir un message, les idéaux qu’ils hurlaient avec colère et haine… Mais pour les chasseurs, ils savaient bien que c’était tout autre chose et pour l’instant il fallait seulement conservé l’ignorance des Hommes. Les trouver, les exterminer et se faire oublier. Dorianne aussi n’avait pas trop aimé, Louis jouait à un jeu qu’elle n’aimait pas du tout et en lui faisant porter le chapeau en plus, en l’obligeant à subir les changements qu’il exige.

Il était temps que l’Homme sache où est sa place dans l'évolution et la chaine alimentaire… Des proies !

She's his weakness

Une nouvelle descente dans les rues. C’était grosse soirée, fumigène et une vraie émeute. Ce n’était plus la première, mais bien la quatrième. Toujours sur des endroits restreints, toujours très rapide avant que les renforts n’arrivent. Sauf que les humains, ils ont aussi appris à prévoir et se défendre. C’était encore plus plaisant. La peur les poussaient à la bestialité. Louis s’en délectait…  Ce n’était pas dis ouvertement, toujours cachés par les autorités, mais les habitants de la ville finissaient par savoir qu’ils n’avaient rien de simple rebelles. Des… Monstres sanguinaires. A croire que tout les détenus de l’asile d’Arkham City s’étaient encore enfuis sur Gotham.

Il y en avait une qui devait faire cesser ses frasques. Elle aurait du le tué quand il était encore dans sa cour, en confiance avec elle. Il était entrain de perturber l’équilibre du monde. Suffisait que ça finisse sur la toile, et ce petit parasite instable allait finir par amener ça à l’échelle mondiale. Mais c’était le but, le grand projet qu’il visait avec l’autre démon… Et encore, Louis ne savait pas tout du plan, de la fin explosive de l’humanité que projetait Isaiah.

Dorianne était venue en personne, vu que personne avait l’air de lui mettre la main dessus. Pas facile, il est vrai, mais elle avait fini par y parvenir après avoir élaborer un plan ou on ne pouvait que le repousser jusqu’à elle. Elle avait su qu’il prenait du Redstar et c’est sur ça qu’elle misait alors qu’il était face à elle, la main sur sa gorge. Impassible, pleine de prestance, elle lui ordonnait d’arrêter. Il avait rit au début, puis se rendant compte que son esprit se battait, le cerveau fondu sous la pilule de sang… Il ne voulait pas se plier, ne pas l’écouter. Il ne savait pas tout de cette drogue. Un léger sourire sur le visage parfait de la Reine Rouge. Elle lui répétait d’arrêter, maintenant. De rentrer.

Il finit par hurler, se tapant la tête, se tirant les cheveux. Il l’avait lâché, comme possédé, le fou était légèrement influencé par le sang de cette Reine qu’il consommait dans le Redstar depuis toutes ces années. Il était tenace. « Non ! Non !!! » Hurlait-il, les yeux révulsé et crachant de rage. Il plongeait sur elle, mais qu’un simple geste et elle l’arrêtait. Impossible de faire un pas de plus, son cerveau lui envoyait que des messages contradictoires. Ses veines étaient prête à exploser, tellement il bouillait à l’intérieur. Il aurait presque pu réussir à réchauffer son sang. « Ça … ne marche…ra pas… » dit-il, le souffle coupé, la poitrine qui se soulevait avec rage, sa voix rauque. Ses yeux sont noirs, aussi inhumain qu’un requin. Il allait brisé la barrière... Il n'était plus qu'une bête à ce moment là... Dorianne se retournait et un vampire lui lançait un pieux en bois, pour qu’elle puisse se défendre.

Amalrich était resté en rentrait, mais là il se devait d’intervenir. Louis allait se faire tuer bêtement. Il n’était pas en état de réfléchir ou de raisonner, il ne se rendait pas compte de ce qu’il faisait. Tout les vampires des Roses Rouges étaient prêt à intervenir pour défendre leur Reine. Non… Il fondit alors sur son Roi, le clouant au sol quelques mètres plus loin. Il revint légèrement à lui, encore perdu. Il avait le regard vif, le jetant partout autour de lui. Il était vidé, perdu. Il n’avait que des flash agressifs de ce qui s’était passé. « On s’en va. » lui dit-il fermement et Louis s’agrippait à l’homme afin qu’il l’emmène plus loin. En sécurité. Les Camélias se sont vite dispersé une fois leur chef en fuite. Elle n’eut plus l’occasion de lui faire face. Elle aurait du le tuer, encore une fois…

(c) Caelesti Lapsu




ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 0:38


Test-RP
une citation courte qui va bien


Son sourire mauvais, il tenait la rousse par les cheveux, devant lui comme un bouclier. Il avait son sourire inquiétant qui brillait juste derrière elle. Il l’avait trouvé en chemin. Elle l’avait inspiré à passer au Lullaby Circus. Comme tout les territoires des Roses Rouges, il n’avait pas le droit d’y mettre les pieds sans s’être fait annoncé avant. Il ne comptait pas s’annoncer… Il était sous redstar — Merci Theo… — il ne venait pas en paix. Il lui en avait laissé un peu, histoire d’avoir le contrôle sur elle. Elle était plus facilement malléable sous l’effet de la drogue. Elle allait lui servir d’appât, d’otage et d’arme… Peu importe. Ce soir, il avait. envie de s'amuser. Elle finirait bien par être utile, cette pauvre petite nana sans importance dans ce vaste monde remplis de rat puant.

La tête en arrière, elle avait le regard vide et vitreux. Elle respirait lentement, d’un calme étrange. Il l’avait plongé dans sa transe, le sang avait commencé à sécher dans son cou qui avait coulé d’une morsure toute plutôt fraiche. Ils étaient tous là il fallait croire. Il n’en comptait qu’une petite dizaine, mais cela n’aurait pas étonné Louis qu’il y en ai d’autre qui arrivent, ça hurlait au loin. Pas à la lune, mais l’alerte. Peut-être d’autre encore caché derrière. Le stand derrière le vampire était en flamme. Les lycans étaient vites intervenus avant qu’il n’ait le temps d’étaler un peu plus son incendie destructeur sur le cirque. Il fallait malgré tout s’occuper de lui avant de penser à éteindre le feu.

Lysandro arrivait enfin, sous sa forme humaine et s’avançait en avant de sa meute, slalomant entre les bêtes. « Ooh ! Cela m’aurait étonné… Mais c’est pas toi que je suis venu voir ! Il te les faut toutes hein ! » lui crachait Louis alors que l’homme allait tenté de calmer le jeu, lui demander simplement de partir et qu’ils en resteraient là. « Toujours aussi courageuse la petite princesse Ravenswood… ». Pas besoin de discuter, il n’était pas dans cet objectif. L’Italien lui demandait de laisser Astoria tranquille et même le clan s’il ne voulait pas y rester. Il ne faisait clairement pas le poids face à eux. Il était seul. On n’avait senti aucun autre intrus dans le périmètre. « Je voulais juste lui dire bonjour… Je pensais bêtement que le bûcher que je faisais en son honneur lui ferait plaisir et elle viendrait le voir par elle-même. Mais j’oubliais qu’elle avait son petit chien-chien… Qui renifle tout les culs des Dames Rouges... » dit-il avec condescendance.

Assez parler… Lysandro allait lancé les hostilités, mais voilà que quelqu’un venait s’inviter à la partie. Ils étaient tellement focalisés sur le menace Louis, qu’Amal avait réussit à retrouver son Roi sans encombre. Il était apparut droit et fier, la main sur le pommeau de son épée, entre l’alpha et le Roi des Camélia. « Je peux pas te laisser une nuit sans surveillance… » soufflait Amalrich, s’adressant à Louis mais le regard qui ne quittait pas Lys, prêt à dégainer au moindre geste de quiconque. Il se demandait encore ce qui était passé par la tête du Français. « Hoo ? Vraiment… ? T’es sûr ? T’es venu pour moi ou pour lui » parlait-il du petit humain avec qui jouait son Intendant. Le Prussien tentait de ne pas lever les yeux au ciel, pour ne rien montrer aux loups qui les encerclaient. Mais franchement, il n’avait pas trouvé meilleur moment que pour faire ses crises de jalousie paranoïaque qu’à ce moment.

Lysandro pensait que la présence d’Amal calmerait les choses et éviterait le pire. Il attendait que les deux finissent de se compter fleurette, Amalrich lui confirmant qu’il était bien venu pour lui. En réalité, un coup de chance… Mais le français n’avait vraiment pas besoin de le savoir. « Prouve le, alors… Maintenant !!! ». Il fallait intervenir maintenant. L’alpha demandait à ce qu’on en reste là, chacun reparte de son côté et on n’essaierait de ne pas se sentir obligé de leur envoyer des représailles. Amal se tournait vers Louis qui lui lançait un sourire entendu. Un combat et du sang ! C’est ce qu’ils voulaient. Il avait donné un ordre à son soldat non ? Il voulait qu’il lui prouve sa loyauté.

Il penchait la tête vers Theo, la lâchant enfin pour glisser ses mains sur ses épaules. « Réveille toi petit agneau… Les loups t’attendent… Ils sont affamés tu sais… Ils vont te… dévorer ! Mais… Est-ce que ça n’est pas déjà le cas… C’est de leur faute à eux… A TOUS ! Si t’es un monstre. Si t’es dans cet état, incapable de te regarder dans un miroir pour juste un peu red, histoire de trouver le sommeil. On t’a fais croire qu’il les ferais disparaitre, et la chute est pire encore, alors qu’est-ce que tu fais ??? Tu en reprends… Toujours plus. Prête à tout, pour une petite pillule. Et quand tu penseras qu’ils t’ont aidé, il t’utiliserons… Ils travaillent tous pour ceux qui t'on manipulé et asservi par cette si enivrante pilule de sang... » Il marquait une pause, passant sa langue sur la morsure qu’il avait faite un peu plus tôt, la remontant jusqu’à son oreille et chuchotait. « Venge toi… Je vais te transformer en requin, mon petit agneau… Moi, je vais te donner la force de tous les battre... Ces fantômes... » dit-il le dernier mot dans un souffle.

Le regard de la rousse s’était assombrit au fur et à mesure qu’il lui susurrait ces paroles, des yeux assassins planté sur les loup-garou autour d’eux. Il lui enfilait encore deux pillules. C’était plus qu’il n’en fallait, plus qu’elle n’en prenait d’habitude, qu’il avait lentement égrainé dans sa bouche jusqu'à arriver ici. Louis finissait le sachet et poussait sèchement Theo vers la meute de Lysandro. « Tues les... Je t'en ai donné le pouvoir. » et la demoiselle se jetait sur eux, en furie, complètement esclave du red. Les loups avaient réussit tant bien que mal à la maitriser, de quoi faire diversion pour qu’Amalrich se lance sur les bêtes avec son épée. Louis laissait la drogue monter tranquillement, se délectant du spectacle.

Tout se passait bien, les deux vampires avaient eu l’avantage à cause de l’humaine à maitriser. Or très vite, ça a dérapé. Ils se jetaient les uns après les autres sur Amal, le vampire s’écroulant sous cet amas de loups. Le visage de Louis se décomposait. Lui qui riait quelques instant plutôt, sa gorge se nouait sous la peur et surtout la panique. De le voir s’écrouler, disparaitre, c’était comme si son monde s’écroulait. Il était perdu.



Son hurlement en avait alerté quelques uns. Louis se passait les mains sur le visage, le tête, finissant par se griffer comme s’il était trop à l’étroit dans son corps, que sa peau le brulait, sa colère l’inondait. Il se tortillait, gémissant et doucement son souffle devint de plus en plus rauque. Il relevait la tête, son regard animal et il vint arracher un oiseau de bois encore incandescent et se jetait sur les loups. Il empalait violemment le premier sur lequel il s'était lancé, ne lâchant pas son morceau de bois, il le retirait et vint en frapper un autre, puis un autre pour les éloigner, se retrouvant enfin debout au-dessus de son plus loyal soldat. L’un des loups l’attrapait à la hanche, enfonçant toujours un peu plus ses dents dans sa chair. Louis grognait de douleur. Montrant les dents aux autres qui voulaient en profiter, il vint chercher les yeux de la bête qui le tenait pour les lui enfoncer les doigts dans les yeux.

La bête finit par gémir et le lâcher, un autre lui sauta dessus, le chopant par l’épaule et le dégageait du groupe dans le même élan. Louis se débattait avec la créature, y allant tout deux à coup de dent. Il perdait énormément de sang, mais ce n’était qu’un futile détail pour le vampire vu l’état dans lequel il était. Il n’était là que pour tuer en cet instant. La survie passait par l’anéantissement de tous. Jusqu’à ce que sa crise se calme, il je jurait que par le sang et le bruit des os qui craquent. Il avait réussit à avoir une prise sur la gueule du loup-garou et il lui ouvrit jusqu’à lui briser et lui déchirer toute la mâchoire. Le loup s’écroulait et la mandibule que Louis tenait toujours en main reprit lentement sa forme humain, comme le corps qui gisaient sur lui.

Il se redressait et s’acharnait alors sur le corps, lui explosant le crâne à coup de poing répétitif et enragés. Lysandro en profitait pour intervenir avant qu’il ne s’en prenne à un autre des siens et le réduise en bouilli. C’était trop facile, il le tenait, les pattes avant sur son dos, planqué au sol, sa gueule sur son cou. Il n’avait qu’à fermer la mâchoire pour lui décrocher la tête. Pour le coup, Louis était revenu à lui après s’être débattue comme un dément.

Mais soudain, l’huile de la friteuse du stand à côté s’enflamma et finit par exploser sous la pression. Lys avait lâché Louis d’instinct et le vampire eut vite fait de se trainer pour s'échapper, récupérant Amalrich au passage avec les dernières forces qui lui restait, juste assez pour les mettre à l’abris du soleil et des Roses.

(c) Caelesti Lapsu




C'est bon !  please
J'ai fini de m'acharner  oui oui
Allez approche
Spndean Malefique David2


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Amalrich von Zedlitz
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Amalrich von Zedlitz
Messages : 20
Date d'inscription : 21/01/2019
Jeu 24 Jan - 7:37
mon roi ! Yes Yes Yes amour amour amour Luv Luv Ya Ya Ya Ya omg omg omg


Empty shell inside of me.
I'm a replica of me.
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Bryce
▌ Feed on ruins, dark nights. Dependent and queen at the same time.
Primrose Bryce
Messages : 79
Date d'inscription : 17/10/2018
Jeu 24 Jan - 10:31
Sale petit con !!!! boude fouet charming Lapin HOT Shutup sex


❝ Slowly, softly, drop rose petals on my closed lids.❞ My friends don't walk, they run. Skinny dip in rabbit holes for fun. Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red. Each shade from a different person's head. This dream, dream is a killer.
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Jeu 24 Jan - 21:17
Merci mes bichons !!!
amour amour Solove coeur Luv Luv Luv


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Astoria K. Ravenwood
▌None of us really changes over time. We only become more fully what we are.
Astoria K. Ravenwood
Messages : 61
Date d'inscription : 14/10/2018
Localisation : Le Lullaby's Circus
Ven 25 Jan - 11:30
Rebienvenue petit chat charming
Je vais adorer te détester coeur
Tu connais la maison




I'm a believer, it's chaos,I'm foolish and weaker -

Liens - Rp
Astoria K. Ravenwood

Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Ven 25 Jan - 18:04
Merci ma petite Duchesse Artichaut please Yes


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Sam 26 Jan - 10:18
Louiiiiiiiis je suis trop heureuse de le voir vivre a travers ta plume! Il va être merveilleux je le sens *_*
Désolée de ne pas être venue avant ><
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Sam 26 Jan - 10:58
Rhooo t'es trop adorable ! merci >///<
T'es toute excusée pour ton retard avec un tel message de bienvenue  please Slurp!

J'espère que ça vous plaira, il m'a tellement inspirée please


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Mer 30 Jan - 8:47
Désolée pour le DP :/
Je vais demandé un délai, je sais pas où j'en suis dans le temps, mais vu que je suis bien malade en ce moment, alité et tout...
Enfin ça va mieux, mais le temps que je m'en remette... cry svp



I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Lysandro Nerotti
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Lysandro Nerotti
Messages : 135
Date d'inscription : 18/10/2018
Mer 30 Jan - 13:23
Alors, sans délai tu avais jusqu'au 7 février. Avec ça te fait jusqu'au 14 Février Joy

courage Solove



   
The wicked side of me
Some kind of rage has taken a hold of me and I cannot be saved. I'm so addicted now to the world within. I don't think I can change myself destructive ways. Do you follow the hollow ? Now you see the wicked side of me
Revenir en haut Aller en bas
Freyja R. Sørensen
▌The bright moon, she needs her star to shine.
Freyja R. Sørensen
Messages : 49
Date d'inscription : 29/12/2018
Mer 30 Jan - 18:49
Un Louis pour la St Valentin! Que c’est beau sa! charming


Stars & Moon
YOU KNOW DARLING

Revenir en haut Aller en bas
Tasha White
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Tasha White
Messages : 57
Date d'inscription : 04/11/2018
Age : 30
Localisation : Under the sea
Jeu 31 Jan - 19:48

Ah le fameux petit Louis dont j'ai entendu parlé charming
Je vois qu'il fait parti de ceux qui scintillent au soleil lalala Tu connais les Cullen please
T'imagine pas le temps que j'ai mis pour arriver jusqu'en bas de la page.. Ta vie est si passionnante que ça ? hihi
J'ai pas hâte de te rencontrer hein Plz

Bon courage pour la suite Yes
(oui oui un peu d'amour quand même coeur )


i don't have an attitude problem.
Keep rolling your eyes. Maybe you'll find a brain back there. I love sarcasm, it's like punching people in the face... but with words!
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Ven 1 Fév - 16:38
Arrête, que t'es vilaine ! Et oui, je suis la personne la plus intéressante en ce monde !
C'est connu oui oui

merci bichette Yes je prends ton amour quand même, celle qui a le sang qui sent la moule !

Primou : j'espère le sortir avant quand même... lalala


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Divina Tenebris.
▌Lux non pertinet ad eos qui credebant.
Divina Tenebris.
Messages : 118
Date d'inscription : 09/10/2018
Lun 4 Fév - 18:51
Coucou Louisou charming
Ta fiche est nickel Plz
Voilà la liste des pouvoirs pour les 2 pouvoirs optionnels.
A toi de lancer deux dés "4faces" et croiser les doigts Run
Ensuite on passera au test rp Te Nem

1- Réminiscence du passé : Un peu de sang et il fouille dans votre vie, lui ce qu'il cherche ce sont vos peurs. Vos traumatismes et vos blessures.
2- Visions : Lorsqu'il est en plein trip de Redstar, il a des images décousues pouvant s'apparenter à des visions. Ces visions peuvent être du passé, du futur ou encore des images symboliques mais elles sont généralement liées à ce qui va se passer même s'il faut les décrypter pour en percer le sens.
3-La Bête : Effet secondaire du Redstar. Il a les yeux qui deviennent entièrement noirs, une réaction entre le poison et son accoutumance au sang de Dorianne, les effets de la drogue ; et ses failles psychiques, il y a rupture. Il est incapable de réfléchir, un animal primaire... Il est simplement sous l'effet de l'adrénaline. Et bien sûr, un prédateur sans peur, il est enragé mais aussi beaucoup plus vulnérable.
4- Télépathie avec les membres du clan : A sens unique. Il peut utiliser la télépathie pour provoquer une "nuisance sonore' dans l'esprit du membre de son clan visé pour le torturer ou bien l'utiliser pour coordonner ses attaques en donnant ces ordres via ce procédé.


NE PAS MP MERCI
“In me is the word of blood, which will not cease before my end.”
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Lun 4 Fév - 21:56
Troooop sympa les pouvoirs ! Donc !
2D4 Staring


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Divina Tenebris.
▌Lux non pertinet ad eos qui credebant.
Divina Tenebris.
Messages : 118
Date d'inscription : 09/10/2018
Lun 4 Fév - 21:56
Le membre 'Louis De Vernay' a effectué l'action suivante : Let\'s Play


'4 faces' :
Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1542816966-de2 Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1542816966-de3


NE PAS MP MERCI
“In me is the word of blood, which will not cease before my end.”
Revenir en haut Aller en bas
Divina Tenebris.
▌Lux non pertinet ad eos qui credebant.
Divina Tenebris.
Messages : 118
Date d'inscription : 09/10/2018
Mar 5 Fév - 8:59


Test rp !
En avant la musique



Et voici les détails pour le test rp  Joy

Contexte : Louis a été encerclé par la meute de loups au service de la reine Dorianne.

Restriction : utilisation du pouvoir de "manipulation mentale" (cible au choix) et de "la bête".

Pas de limite de mots, pas d'autres contraintes que celles misent plus haut. Tu as une semaine pour le faire. Demande de délai possible.

A toi de jouer  amour N'hésite pas si tu as besoin de précision  Yes


(c) Caelesti Lapsu



NE PAS MP MERCI
“In me is the word of blood, which will not cease before my end.”
Revenir en haut Aller en bas
Louis De Vernay
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Louis De Vernay
Messages : 37
Date d'inscription : 24/01/2019
Mar 5 Fév - 14:58
Et voilà ! Test RP fait ! hésitez pas si ça va pas please


ALL bloods — NO tears
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Divina Tenebris.
▌Lux non pertinet ad eos qui credebant.
Divina Tenebris.
Messages : 118
Date d'inscription : 09/10/2018
Mar 5 Fév - 17:28
Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. Tumblr_n8k51bZHOv1tdyyuoo1_500
Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. UnsightlyBitesizedBlobfish-smallLouis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 49eb4d9da2bf839105f2e75984ea0fb42a658d0f_00

Félicitations

ET BEN LE VOILÀ ENFIN! Le roi des camélias. please

Comme on te la répété plusieurs fois, comme les messages au dessous de ta fiche, tu as pris la main sur ce perso. Et tu en as fais quelque chose de magnifique. Nous sommes tous d’accord la dessus. Donc tu es grandement et avec une immense joie : VALIDÉE !!!

Maintenant on veut nos rps è-é alors vite vite vite ! Fais bombarder Louis sur la Nouvelle-Orléans. Love sur ta gueule d’amour charming

Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1544010107-blocavatar Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1544010187-bloclien Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1544010107-blocrps Louis — So dont' break ! Sanctify my body... with pain. 1544010107-scenariovalide


NE PAS MP MERCI
“In me is the word of blood, which will not cease before my end.”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: