Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
En cet instant, il n'est question d'aucune fleur... (pris&ani)
Anakin Lewis
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Anakin Lewis
Messages : 69
Date d'inscription : 28/12/2018
Ven 4 Jan - 22:59

Enjoy the Silence - Moriarty

Il ne se rappelle plus depuis combien de temps il attend. Il avait la vie devant lui, il ne faisait vraiment plus attention à ce genre de chose. Peut-être des heures, peut-être qu’une, ou alors de longues, très longues minutes. Il échangeait quelques messages avec un ami pour passer le temps et observait les passants. Il était assis sur un banc à quelques pas de la Clinique du Sacré-Coeur. Il avait une vue sur les portes principales. Un coup d’oeil à son téléphone pour voir l’heure, elle ne devrait pas tarder. Elle allait bientôt finir son travail, normalement… Ani attendait le Dr. Bryce.

Il avait des comptes à régler, au moins une discussion à aller lui arracher, à aller chercher tout simplement. Oui, même après toutes ces années. Il avait été mis à la porte sans cérémonie et du jour au lendemain. Il comprenait parfaitement… Depuis qu’il a été mordu par un vampire du clan ennemi, qui a trahi sa patronne… Enfin c’était un peu vexant quand même. Pas un mot. Une simple lettre et son chèque pour les dédommagements en plus de sa paie. Quand il s’est rendu à la clinique, personne n’était disponible, comme par hasard ! Il voulait s’assurer que cette lettre était vrai et il fallait bien admettre que ça l’était… Fraîchement vampire, il avait eu du mal à encaisser et Amal n'avait fait que nourrir cette colère pour la transformer en haine envers Dorianne et Primrose. Il ne l'avait pas poussé jusqu'à l'atteinte physique, parce que Ani n'était pas quelqu'un de nature violente. Il les a juste sorti de sa vie comme elles l'avaient aussi facilement fait avec lui.

C'est que bien plus tard, une fois plus habituée à sa nouvelle vie qu'il vit les choses autrement. Le monde des vampires était si... Il se disait qu'il ne devait pas s'attendre à autre chose en gros. Si elles pensent que j'ai demandé ses opinions politiques avant qu'il me vide de me sang à l'autre ? C'est pas le genre de chose auquel je pense tout de suite quand on me promet de me débarrasser de mon don à la con. Anakin s’était écrasé, comme à chaque fois mais… Il était bien là-bas, puis Prim… Il tournait en rond chez lui et tellement pas motivé à travailler à l’hôpital central qu’il en avait foiré son entretient. Il ne faisait que fuir, accepter qu’on le mette de côté, de se plier à la volonté des autres, mais pour une fois… Lui qui dernièrement n’avait vraiment plus grand chose dans sa vie... enfin, pas grand chose de très ravissant. Il n’avait que son travail rien que pour lui, pour s’évader un peu, se déculpabiliser de ses actes, les anciens, comme les plus récents. Ça lui manquait horriblement.

Primrose sortit enfin. Il la remarqua grâce à la lumière d’un lampadaire qui s’était reflété sur sa chevelure. Il la suivait du regard, rangeant son téléphone. Il enverrait son message plus tard. Elle traversait. Ani cherchait en lui le courage de se lancer. Il avait encore envie de s’aplatir. Non, il avait au moins besoin de lui dire qu’il … était désolé ? Oui, sûrement quelque chose comme ça… Comme d’habitude.

Ses fesses se décollaient du banc presque malgré lui, porté par un élan. Le besoin de s’excuser, de lui partager sa détresse, elle qui avait tant fait pour lui au travail. Il s’élançait vers elle et l’arrêtait non loin du food-truck qui se trouvait devant la clinique. Il ne l’avait pas appelé, non juste toucher légèrement le bras et quand elle le regardait, il lui signait juste « j’ai besoin de te parler… » comme il lui faisait souvent au travail lorsque ça n’allait pas. Il aurait pu parler, écrire un mot sur un bout de papier mais il avait fait exprès de lui dire de cette façon. Qu’elle comprenne l’importance que ça avait pour lui car ils ne s'exprimaient pratiquement qu'ainsi à la clinique.

acidbrain — quote.none




EVEN WHEN THE SHIP IS WRECKED,
I PROMISE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Bryce
▌ Feed on ruins, dark nights. Dependent and queen at the same time.
Primrose Bryce
Messages : 78
Date d'inscription : 17/10/2018
Sam 5 Jan - 14:09
PRÉNOM
&
PRÉNOM
How dark is it?

Il est rare que toi, Primrose, vampire centenaire, puisse être victime d’une malheureuse migraine. Mais c’est aussi surtout le fait du contre coup du sort de Lucius qui entre en jeu actuellement. La magie n’est pas un jeu si facile a jouer quand on est pas habituée « ca va être difficile au début, mais c’est comme un retour d’hypnose tu verras, ça va cogner à l’intérieur le temps de reprendre tes esprits.. La chute va être dure » la chute, c’est le mot oui, tu tombes, non, tu te viandes comme une merde au sol là. Avoir joué sur tes sentiments et ton humeur pour ne pas craquer et te lamenter quand il t’a annoncé sa dépendance au Red, lui, ton loup, Lys. Tu frottes tes tempes, cette journée touche bientôt à sa fin, heureusement dieu merci ce soir, tu es en repos. Danika au courant de ton humeur maussade a déjà prévu de te chouchouter en rentrant. Un mince sourire s’affiche sur tes lèvres cette petite est, une vraie perle. « Docteur Bryce ? » Tu relèves brusquement la tête affichant de grand yeux vairons « le dossier de Monsieur Clark est accepté, souhaitez, vous lancez le traitement sur lui ? » Tu tends la main pour te saisir du dossier, acceptable ? C’est parfait, enfin une bonne nouvelle ce soir, acceptable pour tester le Red sur une pathologie psycho, c’est toujours intéressant de voir ça. « Oui, donnez lui rendez vous demain, dans mon bureau, je le prendrais en séance et ferrais ainsi l’ordonnance » celle-ci semble déconfite, « mais…. Vous avez …. Enfin demain sa majesté vous à demandé en audience… » Tu laisses brusquement, non, tu frappes brusquement le dossier sur le bois de ton bureau avant de te lever. « Dites lui que c’est impossible, nous prenons trop de retard sur le développement du Star, je la contacterait moi-même pour une autre audience, ce n’est pas comme si nous ne vivions pas ensemble après tout ! »

La rage, la colère, l’agacement, l’attitude de gamine de Dorianne commencent à te taper sur le système. Surtout qu’avec du recul, rien de tout ça n’était ta faute ! Ce n’est pas toi qui a demandé Astoria comme offrande de ta loyauté, ce n’est pas toi qui es voulu devenir la maîtresse de son lord anglais ! Ce n’est pas toi qui es annoncé le vrai lien de parenté entre toi et Astoria. Alors pourquoi tu dois sans cesse subir sa rancœur et ses erreurs. S’il faut que tu sois puni pour ton affront, tu le seras, ce ne sera pas la première fois après tout que tu essuies ses crises de colère. « Rendez-vous, Mr Clark, demain, 10h compris ? » Ce n’est pas une suggestion, mais bien un ordre que tu lui balances avec un doigt menaçant. Elle n’a pas à se soucier de ton lien avec Dorianne, personne n’a son mot à dire, cela ne concerne que toi et elle. Dépassant le bureau, tu la regardes s’écraser littéralement sur elle-même, la perspective de dire à Dorianne que tu ne sera pas présente demain à l’audience lui noue sûrement l’estomac. Mais c’est un détail qui ne te fait ni chaud ni froid, elle doit être la septième ou la neuvième collaboratrice que tu vois passer ici, soit-elle sont morte sous les dents de Dorianne, ou alors enfuit de peur de justement subir la colère de la reine-mère. Elles ne sont que des pions des accessoires à tes yeux. Si tu devais t’attacher à toutes les personnes que tu vois passer dans ton existence tu n’en à pas fini.

Prenant ton sac à main, ton trench-coat beige, tu l’enfiles et la regardes. « N’affichez pas une tête pareille, ce n’est pas digne de mes collaboratrices. Et à l’avenir, ne me reprenez plus sur mes directives …. N’oubliez pas votre place sur la chaîne alimentaire de ce groupe » ton regard bi colore plongé dans le sien un instant, on sent facilement le rôle de dominant dominé, tu finir par lui caresser la joue et sourire tendrement « je vous souhaite une bonne nuit Anna » sans plus de cérémonie, tu quittes ton bureau en la laissant fermer et finir les préparatifs pour demain avant de prendre l’ascenseur pour partir de cette clinique. Le chemin vers la liberté, l’extérieur. Tes pas claquant le sol en marbre de l’entrée résonnes dans le hall casi vide, seule le veilleur de nuit assis à l’entrée te salues de son képi et de son regard plein d’étoile en te reluquant de la tête au pied. Poussant la grande porte tournante de l’entrée, tu fermes les yeux en voyant que la nuit à déjà poser son voile sur la ville. Les étoiles à peines visibles à cause de la pollution lumineuse du centre-ville. Soudainement, une odeur alléchante chatouille tes narines, le food truck est encore là, cette chose que tu traites d’immondice sur roues à fini par charmer ton cœur et tes papilles. Si tu ne t’étais pas laissée tentée il y a longtemps par Lysandro, tu n’aurais jamais découvert cette cuisine folklorique maison de cette famille de père et fils. Un délicieux mélange d’épices et de saveur qui reflète bien la nouvelle Orléans et sa population multiculturelle.

« Miss Bryce, ça fait longtemps qu’on en vous a pas vu, comment peut, on régaler votre palet ce soir ? » Tu ris un peu, cet énergumène qui n’aurait en temps normal même pas attiré ton attention tant il tait grossier et hors de ton monde arrive à présent à t’attendrir et te faire sourire comme quoi ne jamais se fier aux apparences sera une bonne leçon. « Faites moi découvrir la nouveauté du chef Marcus, j’ai envie de nouveauté ce soir ! » Un clin d’œil suivant lui et son fils commencent à préparer un met qui émoustille ta gourmandise ! Mais très vite, ton attention se retourne sur une chaleur, un prise sur ton bras. Tournant automatiquement la tête vers la présence, tu te décomposes subitement en reconnaissant ce visage. Anakin, un infirmier autre fois à la clinique que tu as congédiée sans cérémonie des lors que tu as su son ascendance avec Amalrik. Lui ? Ici ? Ton envie de gourmandise et de bonne bouffe s’envole comme une feuille morte « Ana…. » Tu n’as pas le temps de justifier son prénom que celui-ci t’imposes une envie de parler, sans ton avis, ni ton accord. Pas de mot, pas de bruit seulement des gestes, le langage des signes. Après Lysandro c’est le seul dans cette ville avec qui a eu la joie autrefois à parler avec ce langage époustouflant. Ton long soupire en dis long sur ton envie de coopérer, tu sais pertinemment qu’il n’est pas du genre à te sauter au cou pour une bataille perdu d’avance, s’il a fait tout ce chemin des jours, des mois après son licenciement c’est pour une bonne raison et tu espères sincèrement que la raison n’est pas « Amalrik »

« Tout va bien Miss Bryce ? » Le regard perçant du cuisinier sur Anakin veux tout dire sur cet air suspicieux qu’il affiche, il ne doit pas connaître le langage des signes et vu l’attitude d’Anakin rien ne va dans le sens de l’innocence pour lui « oui oui, c’est…. Ça va, appelez moi quand mon plat est prêt d’accord, je suis pas loin » la petite mou perplexe il finit par sourire et hocher positivement la tête, après tout ce ne son pas ses affaires. Il est là pour faire du chiffre et des clients ! Tu saisies à ton tour, fermement, un peu brusque presque Le Bras de ton invité. Tirant dessus pour le guider ou tu le souhaites, un peu plus loin sur le côté du food truck pour être un peu plus à l’abri des regards. « Pourquoi es-tu là ? De quoi veux-tu parler, si c’est concernant la décision de ton licenciement, je pense que tu es assez intelligent pour le comprendre » sans réfléchir et dans un silence monstre tu enchaîne les phrases en langue des signes pour presque l’agresser de tes mots, tu n’as pas de griefs contre lui à proprement parlé, mais contre son Sir, et par conséquent contre lui, c’est comme ceci que ça fonctionne dans la hiérarchie vampirique, l’infant essuie les déboires de son Sir, qu’il le veuille ou non ! « Soit concis et rapide, ce n’est pas vraiment la bonne période pour toi de venir ici pour trouver des excuses à ton choix …. Excuse moi de parler ainsi, mais … un choix totalement merdique concernant ta transformation »
CODAGE PAR AMIANTE


❝ Slowly, softly, drop rose petals on my closed lids.❞ My friends don't walk, they run. Skinny dip in rabbit holes for fun. Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red. Each shade from a different person's head. This dream, dream is a killer.
Revenir en haut Aller en bas
Anakin Lewis
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Anakin Lewis
Messages : 69
Date d'inscription : 28/12/2018
Dim 6 Jan - 1:39

Enjoy the Silence - Moriarty

Il n’avait pas vraiment réfléchis à la manière de faire. Il devait se lancer et il se forcerait. Il improviserait sur le moment. Il ne réfléchissait pas pour ne pas fuir, il s’accrochait à son envie de retrouver son travail, mais surtout de la retrouver elle. Elle avait su calmer pas mal d'angoisse chez lui... Il en arrivait à culpabiliser. Depuis toutes ces années, même lui cette tension entre deux camps de vampire ennemi l’influençait en quelques sortes. Des années à la snober, car elle l’avait snober. Il se sentait rejeté au début, puis après il finit par comprendre la façon de penser des vampires, se laissant entrainé par ce conflit, parce qu’ils s’ennuyaient peut-être. Eternelle vendetta pour occuper leur trop longue existence… Maintenant, il trouvait ça un peu ridicule. J’avais envie de passer au-dessus de ça et je sais qu’elles sont assez intelligentes pour comprendre. Je ne suis pas méchant ! Je l’ai jamais été ! Tout ça… Oui tout ça, ce n’était que des accidents… Des mauvais choix, des mauvaises réactions… Suis-je condamnable ?

Il lui signait aussitôt qu’il voulait lui parler. Il en avait besoin le geste avait été réfléchis. Anakin ne lâchait pas Primrose des yeux, elle avait l’air si étonnée de le voir. C’est vrai que ça faisait longtemps et que venant de lui, fallait s’attendre à ce qu’il se fasse si discret qu’on n’aurait pu le penser mort ou disparu... Faire sa vie ailleurs, encore… Tout du moins, il y avait peu de chance qu'elle le croise après cette rupture un peu trop formelle. Ani ne fit même pas attention au vendeur du snack-bar, concentrée sur la vampire. Elle le rassurait et attrapait Anakin pour l’amener un peu plus loin.

« Je comprends et... je ne comprends pas ! » lui avait-il signé rapidement, avec une pause entre les deux syntaxes. « C’est idiot… » commençait-il, mais elle enchainait des gestes. Elle le coupait net dans son élan. Il avait ouvert la bouche et la refermait après un long silence, le visage fermé et tiré. Il voulait lui donner des excuses… Il était légèrement blessé. « Cette guerre est idiote ! Tout ça, c’est débile… Cela n’a pas de sens. Je veux juste travailler, j’ai pas besoin de savoir ce que vous pouvez foutre. Si tu savais comme j’aimerais ne pas avoir suivi un taré comme l’autre Français. ». Il marquait une pause, secouant la tête pour chasser de mauvais souvenir. « Je fais encore des cauchemars de tout ce que j’ai pu voir ou faire même après dix ans à vivre comme ça… Je ne veux pas parler d’Amalric, ni même de Louis, ou encore de tout ce que ça comporte… Ce n'est pas Amal qui m'envoie, je te le jure... Pas certain qu'il aprécie

« Et j’ai pas choisi ! Non, j’ai pas choisi[ » insistait-il, en signant plus lentement et sèchement. « J’ai seulement été faible et ignare, je me suis laissé séduit, sans savoir. Je pensais juste être un peu plus libéré et… » avancer avec mon Lulu… « Vivre normalement quoi… Pourvoir parler sans avoir peur. Sans voir la mort. » faisait-il allusion au souvenir des dernières images qu’il avait de son frère et qui resterait gravé pour toujours dans son crâne. Il fit une pause et lâchait lourdement ses mains contre ses cuisses. Il avait tout balancé. Ah non. « J’ai besoin de retrouver mon travail, je t’en prie… ». Il joignait ses mains en prière.

acidbrain — quote.none




EVEN WHEN THE SHIP IS WRECKED,
I PROMISE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Bryce
▌ Feed on ruins, dark nights. Dependent and queen at the same time.
Primrose Bryce
Messages : 78
Date d'inscription : 17/10/2018
Lun 14 Jan - 17:10
PRÉNOM
&
PRÉNOM
How dark is it?

Tu le regardes de la tête aux pieds, sensiblement, tu es soulagée de le voir en « bon état » il n’était pas dénutri, il n’était pas mal, abîmé. Un léger soupir de soulagement s’échappe de tes lèvres. Malgré tout ce que tu entends sur ce groupe anarchique, Amalrik à su préservé son Infant. Il enchaîne les signes, expliquant que c’est stupide de faire cette guerre, et tout le tatouin du ce n'est pas sa faute. Évidement que ce n’est pas sa faute. Tu le sais déjà ! Tu le sais pertinemment qu’il est une victime dans cet affrontement sanguinaire. Machinalement, tu te pinces les lèvres, tout comme lui, tu es toi aussi le cul entre deux chaises. Dorianne & Amalrik. La rose rouge et le camélia. Tu n’as rien demandé toi non plus, mais tu dois l'allégeance à ta reine, à ta Sire. Comme lui est dépendant d’Amalrik. « Je le sais tout ça…. » signes tu rapidement comme un message blasé. « Tu n’as pas choisi ? TU es le seul à avoir eu le choix de devenir ce que nous somme, personne ne t’a forcé Anakin ! Et tu ne peux pas faire subir ta situation à des innocents » subitement, tu te retournes en entendant ton nom appelé, ta commande est prête. Soupirant, tu lui fais signe par un doigt droit d’attendre un instant. Tu repars en arrière vers le food truck « merci… je vais commander un second plat s’il vous plaît, si vous pourriez l’amener là-bas on va s’installer pas trop loin » celui-ci hoche positivement la tête et tu prends la commande en laissant l’argent pour deux. Revenant, tu lui fais signe de la tête de te rejoindre vers une table pour deux un peu éloignés pour plus de tranquillité. Posant le plat en face de lui, tu lui intimes d’un signe un peut sec de manger. Comme une mère qui oblige son fils a manger ses brocolis.

« Tu devrais manger tant que c’est chaud, il font des choses vraiment délicieuses … »
tu poses ton sac à main a tes pieds et revient sur la discussion précédemment coupée. « Je ne t’es pas licencié de gaîté de cœur ! Après tout ce que nous avons discuté à l’époque de ton humanité je ne pouvais pas me résigner à te faire face pour cette décision qui ne vient pas de moi… » tu soupires grassement en redressant une mèche de tes cheveux. Non la décision n’est pas venue de toi directement, tu as signalé sa transformation, car c’est ton rôle mais tu n’as jamais choisi de le virer. Mais c’était indéniable que ça se termine comme ça. On ne peut pas garder un collaborateur ennemi dans les locaux. « Ce n’est pas pour te faire du mal que cette décision à été prise, c’est pour la sécurité de l’établissement, de la clinique et de la banque de sang. Qui sait ce que Louis aurait pu faire en passant par toi …. Dorianne essai de conserver la paix entre les races et ton ….. Louis ne cherche que le désordre et la discorde ! » tu ne sais pas comment justifier mieux que ça, c’est normal qu’il t’en veuille tu la poignarder dans le dos mais ce n’est qu’un pion dans cette guerre « stupide » comme il le dit. D’ailleurs son inconscience montre bien son rôle insignifiant dans ce contexte. « Tu aurais pu avoir une vie normale ! Tu aurais pu m’en parler, j’aurais pu t’aider … Mais tu as choisi, et jusqu’à preuve du contraire les voyages dans le temps ne sont pas choses communes. Assume maintenant, pleurer ne sert plus a rien » tu es mauvaise, mais s'il connaissait la pression que tu as derrière pour ne pas dégoupiller comme bon te sembles il comprendrait plus facilement.

« Tu es l’infant d’Amalrik, tu dois faire avec…. Ton élégance va à Louis et la aussi tu devras vivre avec ! Je ne peux pas t’aider, je ne peux plus rien faire pour toi. Concernant ton travail c’est encore plus compliquer, même si toi tu ne veux pas mélanger le camélia avec ton travail. Celui-ci va venir sournoisement s’immiscer dedans. Si Louis apprend que tu as encore ton poste à la clinique, l’endroit le plus sécurisé et utiles au clan de la reine, tu ne penses pas qu’il voudra tirer partie de ta place ? » ce n’est pas que tu ne veux pas comprendre sa détresse, tu as vu passer tellement d’infants malheureux, perdu, désespéré, si tu t’amuses à prendre chaque cas pour argent comptant tu vas surpasser Mère Thérèsa. Tu es tellement dans tes pensées que tu n’entends pas le vendeur venir poser la seconde commande devant toi « voici, bon appétit » tu relèves la tête et lui sourit gentiment en le remerciant d’un geste de la main. « Écoute Anakin, je ne vais pas te mentir, tu étais un très bon élément à la clinique, mais t’es choix d’allégeance dans cette guerre stupide comme tu dis. À marquer ton avenir, c’est injuste, oui. Mais c’est notre monde. J’ai les mains liées aussi. »
CODAGE PAR AMIANTE


❝ Slowly, softly, drop rose petals on my closed lids.❞ My friends don't walk, they run. Skinny dip in rabbit holes for fun. Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red. Each shade from a different person's head. This dream, dream is a killer.
Revenir en haut Aller en bas
Anakin Lewis
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Anakin Lewis
Messages : 69
Date d'inscription : 28/12/2018
Ven 18 Jan - 21:58

Enjoy the Silence - Moriarty

Il inspira un moment, retenant sa respiration devant ses reproches et ses accusations. Il n’avait pas aimé. Il expira avec agressivité. Il bousculait un peu ses mains pour quelle cesse de signer et lui répliquait « J’ai choisi oui, pas qu’on soit en conflit par contre ! Pas que j’en perdrais mon travail ! Pas une amie ! » avait-il signé un peu sèchement, le regard légèrement larmoyant. On appelait alors Primrose et quand elle partait récupérer la commande, Anakin put laisser redescendre un peu les émotions fortes qui montaient en lui. Il le savait que c’était peine perdu, qu’il n’aurait pas du venir… Et pourtant, il voulait… Il savait que cette rencontre allait être pleine de tension surtout et il ne gérait pas du tout ce genre de chose. Il n’aimait pas ça.

La vampire lui fit signe de la suivre, sa barquette en carton dans les mains. Il la suivait, toujours aussi docile qu’on le connait et s’installe en face d’elle. « Je sais… » lui avait-il répondu lorsqu’elle vantait les plats de cette petite camionnette. Il y avait déjà mangé. « C’est pas comme si je travaillais pas loin moi aussi. » avait-il signé d’une main, épelant chaque lettre et avec une attitude un peu blasé.

Elle reprit la discussion. Anakin l’observait avec attention. Ce qui était embêtant avec les signes, c’est qu’on ne pouvait pas baisser la tête ou détourner le regard pendant que l’autre parlait. Sinon… On en ratait un bout. Alors fallait faire face et avec toutes ses émotions. « Oui je sais. » répondit-il de vive voix, mais doucement, sachant que ce n’était pas seulement sa décision. Il imaginait bien que cela venait de Dorianne. Il comprenait aussi qu’elle ait été aussi catégorique vu ce que Louis lui faisait vivre en provocation.

Elle avançait alors tous les éléments qui faisaient que de retrouver son travail n’était qu’une utopie elle avait raison même si… Les larmes étaient montées, mais il avait tout fait pour les retenir. « T’es injuste… » avait-il continué à voix haute car il était un peu blessé et se sentait abandonné. « Tu crois que le savais pour toi et Dorianne ? Comment j’aurais pu t’en parler ? Je ne soupçonnais rien. T’es marrante… C’était pas aussi facile. » fit-il un peu agacé. Elle renchérit en disant que son allégeance était pour Amalrich et indirectement pour Louis. « Je sais… » et il soupirait pour le reste des arguments. Elle avait raison. Louis en était capable, même s’il oubliait trop souvent qu’Anakin existait. Cela lui arrivait quand il avait besoin de passer ses nerfs et surtout pour toucher Amal. « J’aimerai pas qu’il me trouve subitement si utile » confirmait-il, abattu.

Il laissa un instant sa tête dans ses bras, carrément allongé sur la table, lexs mains cramponné à ses cheveux. Il était perdu, il ne savait plus quoi faire. Le serveur arrivait et le jeune homme se redressait. Il déposait un deuxième plat et Ani sourit, tirant doucement vers lui la barquette que Primrose lui avait ordonné de manger. Voyant qu’elle aussi avait à mangé finalement, il n’allait pas se retenir et n’avait pas l’impression de lui voler son repas. Il commençait à picorer. Elle finissait de l’abattre, concluant la discussion en disant qu’elle ne pouvait rien faire. Au moins, il savait qu’elle ne lui en voulait pas trop, c’était seulement trop dur pour elle ; lui qui pensait qu’elle le haïrait jusqu’à la fin des temps à cause de ce conflit idiot.

Il reposait son front directement sur la petite table fraiche à rester en extérieur à longueur de temps. Il soupirait. Il cherchait à mettre de l’ordre dans ses idées. « De tous, il a fallut que ce soit avec ce vampire que je cède… C’est fou hein… » avait-il marmonné, désespéré face à sa poisse et ses inlassables mauvais choix. « Surtout que ça n’a servis à rien au final… » continuait-il, revoyant sa crise nocturne où il avait hurlé, revoyant Luca sauter du lit et ensuite l’image de Luke qui s’écroulait dans le jardin. Il serrait un poing sur la table et relevait doucement la tête. « Tu es vraiment sûr que tu ne peux rien faire ? » Signait-il à nouveau. « Je peux même pas en parler à Amal ou Louis pour un… terrain d’entente ». Il soupirait agacé. « Si j’attire son attention là-dessus, forcément que Louis va vouloir… Te mettre la main dessus d’un et sûrement foutre la merde dans les affaires de Dorianne. C’est tellement son genre… Et si je ne lui en parle pas, il va penser que je me ligue contre lui… ». Il fit une pause, reposant doucement ses mains ne trouvant pas plus à ajouter pour l’instant et soupirait encore.

Il repoussait un peu sèchement sa barquette, il n’avait plus faim. Le visage fermé, la bouche tordu. Il avait envie de pleurer, desespéré. « Donc c’est fini ? Je dois tirer une croix sur toi ? » signait-il sans oser la regarder, faisant les gestes sans entrain, qu’à moitié mais le message était facile à comprendre.  

acidbrain — quote.none




EVEN WHEN THE SHIP IS WRECKED,
I PROMISE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Primrose Bryce
▌ Feed on ruins, dark nights. Dependent and queen at the same time.
Primrose Bryce
Messages : 78
Date d'inscription : 17/10/2018
Lun 4 Mar - 10:18
PRÉNOM
&
PRÉNOM
How dark is it?

Les choix sont fait, les destins sont croisés et décidés. Il est l’infant d’Amalrik, ton ancien compagnon de bataille. Ton ancien Jabberwoky. Le nouveau conseiller de Louis. Un Camélia. Même si c’est d’un ridicule impressionnant, un clan reste une famille, et il a clairement divorcé de ta famille, celle de la rose. Pour se lier à celle du Camélia. Un affront que tu n’arrives toujours pas à lui pardonner, pas de la façon dont il a décidé de la faire passer, machinalement tu caresses ta bagues de jour. Le souvenir de ce jour est imprimé dans tes souvenirs. Ce comportement. Cette décision. Ce geste. D’avoir laissé sa bague dans tes mains et être parti sans se retourner. Un frisson désagréable parcourt ton échine tu reportes alors ton regard sur le nouveau-né. Celui-ci est entre deux feux. Comme un étranger au milieu d’une guerre, certes il n’a pas décidé d’y participer mais son nouveau rôle, son nouveau statut d’infant, ne lui laisse guère le choix. Il doit un dévouement sans faille à son Sire. Une obéissance aveugle à celui-ci. Qu’il le veuille ou non, il est marqué à vif pour se soumettre aux désirs d’Amalrik et en l’occurrence, à ceux de Louis qui reste son roi qu’il veuille le comprendre ou non. Le monde des vampires est totalement arbitraire. Définie. Et construit sur des règles immuables. Et il est bien idiot pour croire qu’à lui seul il pourra changer des traditions aussi vielle que le monde.

« Je peux te redonner ta place, mais il faut que tu comprennes que tu joues ta vie à ce moment-là La paranoïa de Louis sera encore plus douloureuse que ton dégoût de ne plus travailler à la clinique. Ta vie ne vaut pas plus qu’un autre à ses yeux …. Il faut que tu apprennes à garder ta place d’Infant. Amalrik est ton Sire, mais si son roi lui demande de se séparer de son Infant, il le ferra. Crois-moi. » Tu passes une main dans tes cheveux et prend une bouchée de se met délicieux. Tu n’as pas vraiment faim c’est plus pour essayer de penser à autre chose. Tu ne sais pas quoi lui dire, quoi lui répondre. Il veut retrouver une place qui lui est quasi interdite. Tout serait plus simple s’il avait pu résister au fait de cacher sa vraie nature. Tu plonges tes yeux dans les siens tu sens sa douleur, sa peine, sa rancœur envers ce monde qu’il n’apprivoise clairement pas. Le silence accompagne ses mots. Que veux-tu répondre, il a raison pour la plupart de ce ses signes. Ses erreurs, ses liens, ce que Louis ferra de la chaire à vampire s’il apprend que l’un des siens travaille pour les roses, même si techniquement, la clinique est un lieu assez neutre. Des gens y travaillent sans pour autant avoir de lien avec la Rose. Mais Louis…..reste Louis. « Écoute….. Là tout de suite, je ne peux pas te donner de réponse, j’aimerais dire que oui tu peux revenir, mais ça dépasse nos propres positions. Tu as pu rester aussi longtemps car le lien entre toi et Louis n’avait pas éclaté. Mais aujourd’hui c’est tout autre chose. Le plus simple serait que tu sois vacataire, que l’on t'appelle quand nous avons besoin de renfort. Car il ne faut pas sous estimer ton roi, si tu commences à revenir sur un planning fixe. Il sera d’office que tu caches quelque chose… »

Tu approches alors doucement et pose une main sur la sienne. Bien que son sort ne te sera pas réellement catastrophique tu as quand même de la peine pour ce jeune homme. Tu as appris à le connaitre petit à petit, et la chance n’est pas vraiment un luxe qu’il arrive à se permettre. « Je t’enverrais un courrier dans quelques jours, pour statuer sur ma décision. Mais je dois te dire de ne pas te formaliser sur un espoir vain. Ce n’est que le début d’une vie sans réelle libre arbitre, le statut d’Infant, ton statut. Tu devras y consentir et te plier à ce rôle. Que tu le veuilles ou non, tu appartiens aux Camélias maintenant. Et le luxe de faire ce que tu aimes devra être mis de côté pour le plaisir de ton roi…. Commence déjà à faire un deuil de ton ancienne vie. » Certes c’est brutale, dure à entendre, mais une fois qu’il aura compris ce que sa nouvelle nature implique ce sera plus facile à assimiler et digérer. Tu n’es pas là pour prendre des pincettes avec lui, encore moins de l’accompagner, mais de lui faire voir la vérité en face. Que ce n’est que le début d’une longues lignée de déception.
CODAGE PAR AMIANTE


❝ Slowly, softly, drop rose petals on my closed lids.❞ My friends don't walk, they run. Skinny dip in rabbit holes for fun. Popping, popping balloons with guns, getting high off helium. We paint white roses red. Each shade from a different person's head. This dream, dream is a killer.
Revenir en haut Aller en bas
Anakin Lewis
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Anakin Lewis
Messages : 69
Date d'inscription : 28/12/2018
Ven 8 Mar - 20:07

Enjoy the Silence - Moriarty

Ani restait interdit aux paroles de Primrose. Il était blessé mais pas par elle, par la véracité de son discours. Le jeune vampire en était persuadé, si Louis demandait à Amal de se débarrasser de lui, il le ferait. Enfin… J’ai quand même un doute. Je ne sais pas… De ce que je peux voir de lui face aux autres, de ce que j’entends sur ses anciens infant et même ceux que j’ai croisé, il y a quelque chose de différent. Il sait s’attacher. La preuve avec Primrose. Peut-être que… Il réfléchissait, se demandait s’il pouvait jouer sur l’intérêt que lui portait Amal pour arriver à ses fins. C’était un test un peu suicidaire… Anakin baissait un peu plus la tête, l’enfonçant encore plus dans ses épaules, abattu. Lui aussi ne savait pas quoi dire au final… C’était criant de vérité et il avait avancé lui-même qu’il était coincé, car quoi qu’il fasse Louis le prendrait mal.

Primrose reprenait la parole et Anakin hochait lentement la tête. Même de temps en temps, il serait déjà content de pouvoir s’occuper un peu, racheter ses fautes en faisant ce travail. Et il avait besoin d’elle, elle avait su l’aider à reprendre un peu espoir et confiance en la vie. Il ne la regardait toujours pas, le regard sur le sol, de côté.

Il eut un léger sursaut quand elle avait posé sa main sur la sienne, l’envie de la retirer, de fuir. Il sentait qu’il allait craquer. Elle en rajoutait une couche, lui rappelant son triste sort, pas une solution mais une condamnation. Il aurait du rester ce qu’il était et ne pas faire confiance à ces viles créatures nocturnes. Son visage se tordit dans une grimace presque douloureuse. Il ramenait son autre main à sa bouche. Il cherchait à se contenir. « Je l’ai déjà fait y’a longtemps ça… J’en ai plus à enterrer… » faisait-il allusion au deuil de son frère. Il ne lui restait qu’à reconstruire mais même ça il arrivait à se mettre bêtement des bâtons dans les roues ou pour se faire battre... Il s’en voulait tellement d’avoir été aussi bête et naïf, tellement obsédé de renier ses dons qui n’étaient qu’une malédiction pour lui. « T’inquiète pas… Je finirai par faire avec. Comme tout... » Tellement vide qu’on pouvait bien le remplir de principe. D’années en années, il se faisait plus docile et coopératif avec les lubies des Camélias, plus précisément d’Amal et leur Roi. Tant qu’il tiendrait, ils auraient raisons de sa volonté et il anticiperait.

Il haussait les épaules et s’adossait sur sa chaise, laissant lentement glisser sa main sous la table. Il se sentait abandonné, mais il comprenait aussi que c’était comme ça. Ce n’était la faute de personne et celle de tout le monde à la fois. Il cherchait juste à se détacher, car il était seul et devait pouvoir s’en sortir dans sa solitude comme il s’est toujours dit lorsqu’il a quitté sa mère. Il ne devait compter sur personne, pas méchamment mais pour se protéger lui et les autres. « Je vais peut-être en parler à Amal… Comme ça, l'air de rien. Tu sais quand il est sous opium… Si j’arrive à l’approcher sans l’énerver tout du moins » avait-il signé avec un petit rire. Un peu d’humour pour détendre l’atmosphère. « Je tiens vraiment à retravailler avec l’équipe et avec toi… J’ai besoin de ça, je vais finir par craquer sinon… A la Clinique j’ai appris à vivre et tu m’y as beaucoup aidé. » Il marquait une pause, penchant la tête pour réfléchir, cherchant comment signer le reste. « Je suis sincèrement désolé de te mettre dans une mauvaise situation mais si je peux au moins gagné ça… Rien que ça. » Il soufflait, proche d’un soupir. Il cherchait son courage. « J’ai envie de me battre et de l’affronter. » Rajoutait-il. « C'est tellement pas grand chose et il devrait le savoir que c'est tellement pas mon genre de la lui faire à l'envers. J'ai tellement peur de lui, il le sait très bien. Je suis tellement mal dès qu'il est dans la même pièce que moi, je vois ma dernière heure venir à chaque fois. » parlait-il de Louis.

acidbrain — quote.none




EVEN WHEN THE SHIP IS WRECKED,
I PROMISE
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: