Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 187
Date d'inscription : 07/12/2018
Sam 29 Déc - 20:45

Glass in the park - Alex Turner

Il profitait tranquillement de la musique, assis contre la roulotte, les fesses dans l’herbe. Non, il n’était pas à l’intérieur du palais de glace des soeurs d’Arendelle. Freyja c’est Elsa et Even, c’est Anna… Ou Sven, j’hésite encore. Et pour une fois, il ne faisait de mal à personne, sage comme une image, entrain de lire un roman d’aventure, tiré d’un jeu video, profitant simplement du violon d’Even, posé juste sous une des fenêtres ouvertes de la roulotte.

« A tout à l’heure… J’y vais ! » disait au loin la voix de la soeur et Apollo quittait sa lecture, levant seulement le nez de ses pages pour regarder droit devant lui, l’oreille tendue. La porte de la roulotte claquait et provoqua une légère vibration jusqu’à Apollo, de l’autre côté, signe qu’il n’hallucinait pas sur ce qu’il entendait. Il sourit, levant la tête vers la fenêtre ouverte au-dessus de lui. Even n’avait pas arrêté son violon une seconde. Il resta un moment à apprécier, se retournant dans un premier temps, à genoux, les mains sur le bois de la paroi de la caravane et venait y coller son oreille. C’était comme l’écouter sous l’eau. Il restait là, comme sur le flanc d’un animal à écouter son âme. Even donnait de l’âme partout où il allait. Il levait les mains et agrippait le bord de la fenêtre.

Il se levait, jetant son livre à l’intérieur comme un frisbee en direction d’Even. Histoire de lui annoncer sa délicieuse présence. « J’ai cru qu’elle n’allait jamais partir. » Sans attendre, il se hissait et passait par la fenêtre, la tête la première, s’écroulant de son long corps filiforme sur le canapé, finissant les jambes en travers d’Even. Il était essoufflé, tant d’effort, envahissant… « Surtout, fais comme si j’étais pas là, continue de jouer… T'arrêtes pas pour moi voyons... » lui dit-il avec un petit sourire taquin, sachant bien qu’il l’avait dérangé, il avait éviter de peu le coup de pied en pleine tête.

acidbrain — quote.none





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Even S. Sørensen
▌My identity is through that line.
Even S. Sørensen
Messages : 21
Date d'inscription : 12/12/2018
Lun 31 Déc - 20:11



The only One
Appo  & Even

Oui oui .. Je vais ranger attends je peux pas … Frey .. j'étais en train de me débattre sous la douche en maltraitant ce pauvre flacon de shampoing qui arrivait malheureusement en fin de vie alors que j'entendais ma soeur faire un demi déménagement des affaires dans notre roulotte. Bon j'avoue ne rien avoir rangé du côté de mon petit atelier mais les costumes ne se font pas sans un peu de désordre. Comment ça ce n'était pas une excuse? Mais si tout à fait voyons. Oui oui  … hum hum .. d'accord j'entendais approximativement un mot sur dix depuis ma douche mais bon, j'avais le shampoing ultra doux à la mandarine fraîche qui me rentrait dans les oreilles. Si c'est une excuse promis!! Je finis par sortir quelques minutes après enroulé dans un peignoir tout chaud, les cheveux complètement ébouriffés avec la serviette au milieu du front. Haaaaah … je courais après les vêtements enfilant un boxer en sautillant sur un pied puis sur le second tout en me frottant énergiquement le temps de sécher mon corps un minimum. Oui j'avais fait ma marmotte et je m'étais mis en retard tout seul sans compter le fait que mon coin personnel était … bordélique. Après un brin de rangement sous le regard de ma soeur je m'étais accordé une pause bien mérité une fois les dernières bobines de fils rangées à côté des plumes et aiguilles. Je voulais faire une petite paire d'ailes pour nos costumes respectifs, pour les fêtes et spectacles de fin d'année c'était absolument parfait ainsi. Une fois l'inspection ménage terminé je prenais mon violon dans mes mains. C'était bel et bien la seule chose que je rangeais avec délicatesse.

Une fois en place je commençais à jouer. A oublier tout ce remue ménage compliqué et épuisant. Les yeux clos je laissais mon coeur parler, m'enivrer de ce que ces costumes feraient passer comme message. Quelque chose d'incroyablement léger, comme les sauts d'un petit lapin dans de la neige. Une musique qui me faisait tournoyer doucement dans la caravane, laissant le soin à ma sœur d'esquiver mes mouvements. J'aimerais avoir des ailes, voltigeur si haut si vite et sans aucun bruit. Comme la neige qui saupoudre le sol silencieusement durant les froides nuits hivernales des pôles. Quelque chose de festif au réveil, une joie partagée par tous les enfants, une musique féerique qui nous ferait presque pousser les portes du Monde magique de Narnia. Une musique qui me faisait tournoyer et vibrer si fort que je n'avais même pas entendu les dernières paroles de ma soeur. Je ne sais pas où elle allait mais cela n'allait pas m'empêcher de déployer ces ailes invisibles et de propager cette poudreuse imaginaire autour de moi. Ça se trouve un jour je pourrais faire venir une licorne ici et Frey ne pourra rien dire car ce sera ma licorne. Je laissais cet archer virevolter à une allure folle, enivrante mais légère, sentant ces vibrations dans mes doigts et dans tout le reste de mon corps.

Un vif Couiiiiic extrêmement faux et strident venait de sortir des cordes de mon instrument quand un bruit venant de ma fenêtre jusqu'au canapé attira mon attention. Un grand sursaut accompagna rapidement ce son affreux. Lentement je penchais ma tête en regardant quel étrange visite se faisait par la fenêtre. Appo … ça va ? .. Tu sais.nous sommes équipés de porte. Et c'est excessivement difficile de faire comme si tu n'étais pas là vu que t'es là… et que tu es passé par ma fenêtre et que tu .. lances tes affaires. doucement je reposais mon violon dans son étui avant de venir m'installer à côté de lui en le regardant tout surpris avant de me lever d'un bond pour aller vers notre table de cuisine. Je soulevais un torchon et dévoilait de petits gâteaux norvégiens à base de crème et de noix de coco sous une pâte briochée Tu veux des  Skolebrød pour le petit déjeuner ? Frey à fini de les faire hier soir… Je suis pas doué pour la brioche maison … oh pardon j'ai oublié … je retournais me blottir dans.mon peignoir non pas par pudeur mais bon j'étais quand même en boxer avec une assiette de brioches coco.

(c) Miss Pie



Fallen Angel
Music is an agreeable harmony for the honor of God and the permissible delights of the soul.


Stars
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 187
Date d'inscription : 07/12/2018
Mar 1 Jan - 1:43

Glass in the park - Alex Turner

Il grimaçait en entendant la fausse note alors qu’il avait déjà passé la moitié de son corps dans la caravane, ne perdant pas de temps à rejoindre son livre qui avait provoqué la fausse note. Il se laissait mollement glisser et s’étalait tout en travers du blond, passant tout juste sa jambe par-dessus sa tête sans trop l’éborgner, juste le décoiffer un peu. Il lui fit un grand sourire, lui partageant son impatience de voir sa soeur partir. Pas qu’il n’aimait pas Freyja, il l’adorait même, d’une beauté parfaite et pure… Comme son frère. Juste il voulait être un peu seul avec Even, surtout qu’au cirque, on n’était bien trop souvent les uns sur les autres.

Il lui souriait, tout fier et l’intimait à reprendre la musique. Peut-être pas, vu qu’il le rangeait et Apollo suivait le chemin de l’instrument des yeux jusqu’à son étui avant de les reposer sur Even. Il retrouvait son sourire innocent. Il hochait la tête pour lui dire qu’il allait bien. « Oui certes… J’ai dis comme si, enfin je crois. Donc, faut faire semblant quoi. Je suis encombrant c’est un fait, une malédiction, on ne peut rien y faire… » dit-il en s’accrochant à lui alors qu’il se dérobait. Il jouait la passion, le drame, l’angoisse de le perdre, pendue à sa bras, le laissant glisser entre ses mains et son visage qu’il écrasait dessus telle une veuve éperdue.

A moitié allongé dans le canapé, il épiait le moindre de ses gestes, allant jusqu’à la partie cuisine, il le revit venir avec une assiette pleine de … chose à manger. Il ne savait plus où donner de la tête entre son petit cul, son ventre, ses yeux et les gâteaux. Il allait exploser de trop de… plaisir… Woaw… « C’est à ça que ressemble le paradis alors ? » Dit-il d’une voix absente, le regard un peu ailleurs, levant légèrement la tête des gâteaux pour regarder Even avec un sourire simplement heureux.

A.-J. Attrapait les biscuits au vol alors que le blond s’échappait encore, brisant ce moment coupé du temps et de toutes les horreurs du mondes. Suspendu sur un nuage onirique. Il se couvrait en plus. « Mais pourquoi ? » râlait-il en le voyant se couvrir. Il se tapait une main sur la cuisse, plus qu’agacé et le regardait revenir tellement déçu, gardant son assiette de brioche rien que pour lui pour l’instant. Il fixait le peignoir, posait longuement ses yeux sur son visage, sa bouche surtout et revenait sur les gâteaux. « Non t’as bien fait, ton joli petit corps et ces douceurs, j’aurais fini par croquer au mauvais endroit… » dit-il avec un petit sourire carnassier avant de l’attraper par un pan de son peignoir et le tirer jusqu’à lui. Il fit mine de lui mordre la hanche et le tirait sur le canapé à côté de lui.

Il prit alors une brioche qu’il donnait à Even et se gardait le reste. Pour l’instant, il avait la nourriture, il n’avait pas besoin de lui, ou presque. Il était adossé à l’autre bout, mais quand même ses jambes par-dessus les siennes, l’assiette sur son ventre. Il venait déjà de s’en enfiler une en deux bouchée seulement.  

acidbrain — quote.none





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: