Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
It don't matter, be combative or be sweet cherry pie (saki&apo)
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Dim 23 Déc - 23:12

Valentine - 5 Seconds of Summer

Les écouteurs dans les oreilles, juste les fils blanc qui apparaissait sous sa masse de cheveux aux boucles imparfaites et sauvages. Il se dandinait en rythme, totalement emporté par la musique, la fumée de son joint qui créait comme une aura autour de lui. Il avançait tranquillement, son corps ondulant sur la mélodie un petit rythme jazzy mais avec cette lenteur suave.

Saki passait par là. Elle s’était arrêtée un moment pour le regarder, lui les yeux clos, dans son monde. Il finit par les ouvrir, ses grands yeux clairs et lui sourit, dodelinant toujours de la tête comme possédé par sa musique. « Tss, arrête de me regarder comme ça… » Il s’approchait, s’arrachait un écouteur et vint lui glisser à l’oreille. « J’ai l’air beaucoup moins con avec ça, non… » La musique balançait. Il reprenait sa danse, puis posait une main sur la hanche de la brune et lui prenait la main de l’autre, commençant à danser avec elle, au milieu des stands qui entouraient le cirque, pas encore ouvert en cette fraîche matinée… Il avait un grand sourire enfantin. C’était du plaisir gratuit de danser. Cela aidait à se détendre.

« Ferme les yeux… » lui chuchotait-il. A.-J. voulait qu'elle se laisse porter par la musique, ce rythme lent, ce sujet langoureux... Il la rapprochait doucement d’elle, le bras dans son dos, et leur deux mains contre son épaule, serrant la sienne un peu plus fort. Il reposait doucementsa tête contre la sienne. Il aurait pu danser encore des heures… Or, il était temps de la libérer. Il avait laisser les écouteurs les lié et il avait son fidèle sourire lumineux. Il ne lui avait pas lâché la main malgré tout. « Tu faisais quoi ? Je peux venir avec toi … ? » Dit-il avant de regarder au loin. « Ou te kidnapper pour que toi tu viennes avec moi… Faire quoi ? Aucune idée, on le saura que si on y va… ». Une pause, il tournait la tête vers elle avec un petit rictus badin. « Tu allais t'étirer ? Je peux regarder, s'te plait ! Ça fait longtemps... » la suppliait-il. Il la tirait brusquement contre lui, pas du tout décidé à la lâcher. Une fois qu'Apollo vous mettait la main dessus, pire qu'un poulpe ; pas facile de s'en défaire. « En plus j'ai rêvé de toi l'autre nuit, je t'avoue que ça m'inspire. » dit-il avant de se mordre la lèvre rien que de se rappeler les vagues images qui lui restaient.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Saki Shimaru
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Saki Shimaru
Messages : 24
Date d'inscription : 15/11/2018
Mer 26 Déc - 0:28

Valentine - 5 Seconds of Summer

Saki était d'humeur studieuse. Du moins, c'était son attention première, jusqu'à ce qu'elle croise A-J en train de... faire un truc à la A-J. Elle ne voyait pas trop comment expliquer autrement ce qu'elle était en train de voir. Le nez froncé à cause de l'odeur de la fumée et les sourcils témoignant de sa perplexité, elle regardait comme si ce spectacle était la chose la plus fascinante et étrange qu'elle n'ait jamais vu. Normalement, si elle se référait aux sitcoms comme elle le faisait lorsqu'elle cherchait des explications du côté du comportement des humains, la réaction logique serait de se sentir gêné en ouvrant les yeux, mais ce ne fut pas du tout la réaction d'Apollo. À la place, il sourit et continuait de dodeliner de la tête. Saki pencha la tête de côté, tel un spectateur cherchant un autre angle de vue pour mieux comprendre. "Arrête d'être bizarre alors." Répliqua-t-elle en levant un sourcil et en croisant les bras. Elle avait l'habitude de parler ouvertement sur un ton neutre. Cela faisait partie de son charme. Il paraît. Saki se laissa glisser un écouteur dans l'oreille. Une autre personne tentant ce geste se serait retrouver à terre avec le poignet tordu. Qu'elle ne le fasse pas à A-J témoignait du fait qu'elle appréciait le jeune homme.

Saki fut surpris par la musique et encore plus par la danse. Elle qui était si souple d'ordinaire eut des gestes très raides. Le genre de raideur qu'avait les personnes qui se faisait entraîner dans une danse sans en comprendre le sens ou ce qu'on attendait d'eux. "Qu'est-ce que tu fais ?" Demanda-t-elle en essayant de comprendre la logique dans tout cela. "Si tu en profites, je mords et tu sais bien que je suis venimeuse." Avertit-elle alors qu'il lui demandait de fermer les yeux, avant d'obéir. Saki garda les sourcils froncés à force d'essayer de comprendre la suite. La danse faisait partie des choses dont les subtilités lui échappaient encore tout comme la musique. Elle ouvrit les yeux et garda cette expression perplexe alors qu'elle s'écarta. Elle n'avait fait aucun geste pour enlever les écouteurs, ni pour écarter la main qu'Apollo tenait toujours. Pour elle, tenir une main signifié tenir une main, rien de plus. Le double sens était quelque chose de typiquement humain qui lui échappait.

"J'allais à la caravane pour potasser des bouquins." Expliqua-t-elle. Potasser, un nouveau verbe qu'elle avait appris récemment et dont elle adorait la sonorité. Un bref sourire s'afficha sur son visage comme à chaque fois qu'elle testait quelque chose de nouveau. C'était la première fois qu'elle avait l'occasion d'utiliser le verbe potasser depuis qu'elle l'avait appris. Saki retrouva vite tout son sérieux face aux propositions et demandes d'A-J. Elle roula des yeux devant celle qui concerne les étirements. "Si tu veux. Mais, après, il faut que je potasse. C'est important." Oui, elle l'avait dit de nouveau, là, ça faisait vraiment gosse qui avait appris un nouveau mot et voulait l'utiliser à toutes les sauces. "Mais si tu me suis, faudra que je te tue après, parce que tu verras un truc que je veux que personne vois." Prévient-elle. Il n'y avait que lorsqu'elle étudiait les livres que lui prêtait Gustave qu'elle acceptait de porter des lunettes. Un secret qu'elle gardait beaucoup mieux que sa véritable nature. Elle allait se détourner pour se diriger vers la caravane mais fit tirer brusquement contre le jeune homme. De nouveau, elle leva un sourcil devant le mordillement de lèvre. À force de voir cette expression, elle savait plus ou moins ce que ce mordillement signifiait. Saki utilisa sa souplesse surnaturelle pour se défaire de l'étreinte. De nouveau libre, elle fit mine d’épousseter sa tenue. "Ton rêve était..." Elle s'interrompit pour réfléchir. "C'est quoi le mot que Théo a dit ? Ah oui... Ton rêve était chelou ?" Demanda-t-elle, plus pour savoir si elle avait utilisé correctement ce mot que par réel envie de connaître la réponse.
acidbrain — quote.Valentine, 5SOS




I can slide, I can swirl, I can twist and I can twirl. I can slither, smooth and slow, you will see just what I show. I am in the mood to play with my food.
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Mer 26 Déc - 14:43

Valentine - 5 Seconds of Summer

Il n’y avait pas que Saki qui le jaugeait comme s’il venait d’une autre planète lorsqu’il dansait comme ça. Bien sûr qu’elle, elle aurait trouvé ça bizarre, et encore moins étonnant quand les humains lambda pouvaient l’être aussi. Apollo pouvait parfois être si gênant à seulement profiter de la vie et faire ce qui lui plaisait sans se laisser freiné par le regard ou le jugement des autres. Il était libre et « heureux », c’est vrai que c’était gênant. Enfin, Saki c’était autre chose.

Pas du tout gêné quand il ouvrit les yeux et la vit. Au contraire, il eut un grand sourire et l’intimait d’arrêter son regard éberlué et perplexe. Il s’approchait d’elle et lui partageait un peu ce qu’il avait dans la tête, un peu de musique sur laquelle il avait seulement envie de danser. Il chantonnait à mi-voix les paroles, alors qu’il venait emporter doucement Saki dans la danse. Quelque chose de lent et lascif, mais pas vulgaire. Les corps étaient collés, les pas qui donnaient des mouvement de hanches sensuels, mais les mains restaient respectueuses, à leur place. Ce n’était qu’une danse.

Elle était un peu tendue, mais elle se laissait faire. « Bah je danse… Avec toi ! » Lui répondit-il simplement avec un sourire amusé. Elle était tellement drôle. « Tu sais que danser fait beaucoup de bien… Ça dé-stresse… » Pause. « Les gens ne se laissent pas allez… Pas assez. » partageait-il une pensée à demi-mot. Apollo lui conseillait de fermer les yeux et il lâchait un rire quand elle le menaçait s’il osait en profiter pour… Ce que Saki l’inspirerait sur le moment, yeux clos dans ses bras, les paroles de la musique et son rythme langoureux. Il n’abusa pas, elle pouvait lui faire confiance, car danser c’était ce qui l’intéressait le plus, avec cette délichieuse femme au sang froid, ce matin, avec l’impression qu’au milieu de la brume de cette matinée ils étaient seuls au monde…

Il arrêtait alors l’échange, les doigts enlacés aux siens et lui demandait bien ce qu’elle pouvait faire là. Apollo, on ne lui demandait plus, car trop souvent il attendait juste quelque chose pour s’occuper et il finissait par vous collez quand vous lui posiez la question. Il avait juste besoin d’un peu d’attention, parce qu’il n’en a jamais vraiment eu durant son enfance. Il n’était qu’un enfant sur lequel on devait garder un oeil la plus part du temps. Oui, il a eu des moments de jeu, bien-heureux avec son entourage, bien sûr… Mais pas tout les jours. Seul son père, quand il avait le temps et la tête à ça, il divertissait son fils mais il passait tellement son temps à courir après un peu d’argent et payer les soins de la grand-mère.

Il balançait légèrement sa main, toujours dans la sienne, comme un enfant, juste plein de tendresse et d’innocence. Cela ne signifiait peut-être rien pour Saki, pour Apollo, c’était un simple moyen de s’accrocher au monde. A sa vie… Un peu de chaleur pour lui rappeler qu’il n’était pas seul. « Oh ? potasser ? Pas mal ! » Applaudissait-il l’effort d’utiliser de l’argot humain. Il souriait, trouvant ça adorable. « Tu lis quoi comme bouquin ? » Demandait-il sincèrement curieux. Il aimait bien lire. Mais ce qu’il préférait, c’était les acrobaties de Saki. Trop longtemps qu’il n’avait pas vu son corps sous un autre angle, voir la prouesse de sa souplesse, ses os prêt à faire craquer sa peau diaphane…

Elle insistait pour aller potasser mais elle acceptait. Il sourit, ravi ! « Tu sais, tu peux aussi dire bûcher… Genre, je dois aller bûcher j’ai un examen demain ; ou encore je dois bûcher sur mon exposé » lui apprenait-il un autre mot avec un exemple pour savoir le placer dans une phrase. Il pensait à tout. Il eut le rôle de l’éduquer un peu, il voulait faire les choses bien. Il rit ensuite à la lecture des petites écriture du contrat, s’il la suivait. Ce qu’il verrait lui couterait la vie. Il fit mine de déglutir, un peu soucieux et opina du chef d’un air grave et solennel. La seconde d’après, il éclatait de rire. Elle enchainait sur le fait que son rêve était chelou et il rit encore plus. C’était risible, mais ce n’était pas pensé avec méchanceté. Il se moquait avec innocence. « En général, oui ils le sont tous, mais là il n’était pas simplement chelou… Il était plus… Enfin tu vois... » dit-il en regardant en l’air. Il la serrait un peu plus contre lui est lui fit un sourire charmeur. « Et je veux bien mourir pour voir quelque chose de toi que personne n’a eu l’honneur de voir… » lui fit-il son discours de chevalier éperdue par les transports qu’il portait à sa princesse. « Tout en toi est sublime Saki-saki… » lui dit-il avec un petit sourire plein de candeur, mais il était sincère.

« Bon on y va ? T’auras qu’à lire tes bouquins pliée en deux, et moi je m’occuperais en attendant… » dit-il avant de prendre la direction de la partie privée du cirque. En passant, il se prit un peu de pop-corn. La pauvre, elle venait seulement d’installer et elle lui avait fait des pieds et des mains pour qu’elle en lance une petite fournée, rien que pour lui. Il avait fini par obtenir ce qu’il voulait. Il reprit la route avec Saki. « Tu révises quoi en fait ? J’ai déjà oublié... » Dit-il après avoir été en grande réflexion avec trois popcorn craquant sous sa dent.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Saki Shimaru
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Saki Shimaru
Messages : 24
Date d'inscription : 15/11/2018
Jeu 27 Déc - 23:24

Valentine - 5 Seconds of Summer

A-J était à la fois celui qui lui apprenait le plus de chose sur les humains et celui qui lui faisait perpétuellement douter du peu de connaissances qu'elle pensait acquises dans ce domaine. Elle avait plus ou moins compris qu'il était de bon ton de danser en certaine occasion, ou si on était payé pour le faire comme au cabaret, mais, là, se faire entraîner dans une danse aussi soudainement. Cela lui sembla bizarre. Saki avait du mal à comprendre les pas de danses et était un peu plus raide que d'habitude. "ça... je vois... mais pourquoi ?" Demanda-t-elle, sur un ton qui pourrait s’apparenter à de la naïveté. La justification lui fit de nouveau lever un sourcil. "Ai-je l'air stressé ?" Il ne lui semblait pas. Peut-être un peu... Elle avait tendance à se mettre la pression lorsqu'elle s'apprêtait à lire les livres prêtés par Gustave. Chaque chapitre lui faisait réaliser à quel point le monde obscur était complexe, alors qu'elle se devait d'être au plus vite en mesure de défendre son petit cocon familial si ce dernier se retrouvait à menacer. A chaque fois qu'elle voyait la blessure dans le dos de Théo, elle se disait : j'aurais dû pouvoir éviter cela.

Après une mise en garde qui provoqua le rire de son interlocuteur, elle se décida à coopérer en fermant les yeux. Les raisons de cette danse improvisée lui semblaient tout aussi mystérieuses qu'avec les yeux ouverts. Gardant la main dans celle d'Apollo, elle déclara devoir potasser. Seul quelqu'un connaissant bien Saki verrait tous les petits signes qui indiquaient qu'elle était fière de savoir utiliser un nouveau mot d'argot. La manière dont son menton s'était légèrement levé et l'ombre d'un sourire traversant un instant son visage face devant la réaction enthousiaste de son interlocuteur. "Un livre sur les vampires. Pas celui où ils brillent au soleil. Un sérieux." Expliqua-t-elle. "Comme ça, si j'ai un doute, je pourrais demander à Astoria." Parce qu'elle ne voulait plus reproduire l'erreur Twilight en prenant pour argent comptant tout ce qu'elle y lisait.

Bien qu'elle prît ses séances de lecture très au sérieux, elle accepta l'éventualité de commencer par des étirements. Saki fronça les sourcils devant la proposition de mot d'A-J. "mais... Bûcher, ce n'est pas ce qui servait à brûler les sorcières ?" Demanda-t-elle, un peu perdue. Plus important, elle avertit de nouveau Apollo sur les conséquences de la suivre. Elle disait cela avec le plus grand sérieux, ce qui n'empêcha pas le jeune homme de parler d'un rêve. Saki tenta une nouvelle utilisation d'un mot d'argot en utilisant le mot chelou. "Non je vois pas. Il s'y passait quoi ?" Demanda-t-elle, en penchant un peu la tête de côté pour appuyer sa perplexité face à la tentative d'explication de son interlocuteur. Les rêves, encore un domaine bizarre, comme elle dormait sous sa forme de serpent, elle n'en faisait pas, et elle n'arrivait pas à dormir sous sa forme humaine. C'était une question de position, elle remuait et se tordait dans tout les sens sans arriver à la quiétude nécessaire pour s'endormir. "D'accord, alors je te tuerais uniquement si tu le répètes, même à Théo." Avertit-elle ensuite face à l'insouciance d'AJ qui semblait prête à mourir pour voir quelque chose que personne n'aurait vu. De nouveau, elle était très sérieuse.

Cette mise au point faite, elle se dirigea vers la roulotte qui était devenue sa maison depuis qu'elle avait conduit Théo ici. En chemin, elle ne se priva pas de piquer un grain de pop-corn dans le paquet d'A-J. Comme ça, sans avertissement puis en se conduisant comme si cet événement n'avait jamais eu lieu, juste parce qu'elle en avait envie sur le moment. "Un livre sur les vampires super-compliqués." Rappela-t-elle avec la pointe d'agacement de ceux qui n'aimaient pas se répéter et allait donc à l'essentiel.

Arrivée à la roulotte, elle se comporta comme si elle était seule puisqu'elle savait qu'Apollo ferait comme s'il était chez lui. "Je m'étirerais après, j'en aurais besoin après avoir... hum... Bûcher ?" Elle s'était retourné vers le jeune homme comme pour avoir son approbation. Ensuite, elle prit son livre, installa un coussin par terre et prit une petite boîte qu'elle avait cachée dans un coin. "Tu le dis à personne, d'accord ? Je sais ce que tu te dis. Je l'ai vu se transformer, alors ça doit pas être si terrible, mais ça l'est." Dos tourné pour qu'A-J ne voit pas ce qu'elle faisait, elle ouvrit la petite boîte et mit les lunettes qu'elle contenait sur le bout de son nez avant de se retourner. Elle semblait attendre un verdict, sur la défensive, prêt à se ruer tous crocs empoisonnés dehors selon la réaction de son visiteur.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS




I can slide, I can swirl, I can twist and I can twirl. I can slither, smooth and slow, you will see just what I show. I am in the mood to play with my food.
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Dim 30 Déc - 1:09

Valentine - 5 Seconds of Summer

« Non, j’ai pas dis ça… Mais t’as bien le droit de prendre du plaisir simple et gratuit non ? Il ne devrait pas y avoir de raison pour se faire plaisir, moi je dis. » lui expliquait-il sa philosophie avec un sourire tendre, continuant encore un peu de danser avant de la libérer. Il avait trouver un rocher à qui ce coller ce coquillage tenace. Cela commençait par tu fais quoi ? et il prenait prise. Après un long débat, Apollo eut le droit de la voir comme personne ne l’avait vu et en plus de la voir se tordre dans tout les sens. Il était trop fort. Elle avait eu l’air de céder, mais le but c’est qu’il l’ait eu, qu'elle cède ou donne généreusement. Puis, il le savait dans le fond, elle bougonnait mais si elle le faisait c’est parce qu’elle l’aimait bien.

Elle étudiait les vampires et il explosait de rire quand elle avait parlé de ses lectures. « Mon dieu… T’as lu ça. » dit-il, presque les larmes aux yeux. C’était bien elle pour lire Twilight en pensant que c’est un livre d’enseignement sur les vampires. Il n’osait même pas imaginer sa tête au fur et a mesure de la lecture. Entre temps, elle butait sur le mot bûcher que venait de lui apprendre Apollo. Elle parlait du barbecue-à-sorcière. Il sourit et lui répondit que oui, aussi… C’était pas toujours logique. Il ne dit rien de plus, haussant les épaules car il n’avait aucune explication à donner.

Ils avaient marchés jusqu’à la roulotte de Theo et Saki, une qu’il connaissait bien. Une de ses maisons secondaires presque, vu le temps qu’il passait avec les filles. Avec Theo la première. Sa première victime au cirque, le rocher qui lui a montrer toute la jetée de rocher auxquels ils pouvaient s’accrocher. En gros, elle lui a donné un pass pour le cirque, il faisait partie de la famille. Astoria finissant de donner son aval pour l’adopter ; à en écouter ses protégés, il était seulement chiant et encombrant mais pas méchant.

Il avait déjà oublié ce qu’elle étudiait et il lui demandait. Elle lui répondit, passant la porte et entrant dans la caravane. Il fronçait un sourcil. « Sur les vampires-supers-compliqués ou c’est le livre qui est super compliqué ? » demandait-il sincèrement. Cela ne l’étonnerait même pas qu’il y en ai une catégorie super-compliquée. C’est qu’il ne s’y connaissait pas trop en vampire encore et il allait sûrement le découvrir plus vite qu’il ne le pensait. Un peu de façon subite, m’enfin il n’est jamais trop tard et c’est pratique, une fois qu’on s’en sort.

« Oui bien sûr, bûche un peu et tu m’allumeras après avec ton petit corps tout en chewing-gum » dit-il dans son habituel petit ricanement. Celui que Lysandro trouvait si agaçant, et sûrement le beau blond qui est tombé amoureux de ses photos. Il sourit en la voyant s’installer et sortir sa boite à lunette le plus discrètement possible. Il l’avait vite reconnu, il en avait déjà vu. Sa grand-mère passe son temps à les chercher. Ce n’était pas ça qu’elle essayait de cacher quand même, s’était-il mis à penser. Pas croyable. Il se rapprochait petit à petit d’elle, prenant place même à côté. Il se redressait brusquement en la fixant droit dans les yeux quand elle lui parlait de la gravité de la situation ; coupé dans son élan, proche d’elle, une main prenant appui sur le bord du sofa, un genoux sur le parquet. Il doutait, est-ce que c’était vraiment les lunettes...

Elle le fixait avec ses lunettes. Il sourit, elle était trop mignonne et il attendait… Avant de comprendre que si, son soucis c’était bien ses lunettes. « Mais non… T’es pas sérieuse ? » et il se mit à rire de bon coeur, finissant de s’asseoir à côté d’elle, attrapant un oreiller au passage. Il était un peu moqueur, mais ce n’était vraiment pas méchant. « Tu te foues de ma gueule ? Tu me fais tout un truc pour des lunettes ? Mais t’es juste tellement mignonne avec… Je te mettrais bien un petit tailleur, talons aiguilles et te demanderais de me donner des ordres avec toutes la froideur dont t’es capable… » dit-il avant de ronronner comme un félin et lui faire une pichenette sur le nez. « Ouais, cherche pas, c'est les fantasmes humains. Enfin, en dehors des blagues salaces, t’es juste trop mimi avec. Moi j’aime bien. » dit-il avant de se pencher et lui déposer rapidement un baiser sur la joue. Avec elle, fallait faire vite.

« Tu sais, beaucoup d’humain trouve ça sexy, faut pas croire… » continuait-il de la rassurer alors qu’il dégageait les bras de Saki qui le gênait, se laissait glisser sur le parquet de la roulotte, prenant appui sur son coude. Il envoya l’oreille sur une des cuisses de Saki et vint simplement y déposer sa tête. « Si tu veux, tu peux lire à haute voix, ça me dérange pas, au contraire… ». Et il fermait doucement les yeux. Il comptait patienter tranquillement le temps qu'elle potasse. Enfin, il allait essayer.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Saki Shimaru
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Saki Shimaru
Messages : 24
Date d'inscription : 15/11/2018
Mar 1 Jan - 13:53

Valentine - 5 Seconds of Summer

Saki fit la moue boudeuse devant son aveu concernant les livres au sujet des vampires. Rien que d'y penser et elle se sentait honteuse d'être tombé dans un piège aussi grossier en achetant ce livre. "Ce n'est pas ma faute. La vendeuse a dit que c'était la référence en matière de livre sur les vampires. Je ne pouvais pas savoir qu'il s'agissait d'une fiction." Se défendit-elle en tordant une mèche de cheveux entre ses doigts et en affichant toujours sa moue boudeuse. Comment aurait-elle pu savoir que les humains écrivaient des histoires fictives sur des créatures qui existaient réellement ? Surtout pour n'y raconter que des mensonges. Bien sûr, elle aurait pu éviter cela en allant directement demander des livres à Astoria ou à Gustave, mais, Saki répugnait toujours à demander de l'aide, elle préférait toujours faire d'abord un essai en cherchant par elle-même. Ce n'était pas la première fois que son obstination lui avait joué des tours, d'ailleurs. "Maintenant je sais." Conclut-elle avec un geste vague comme pour clôturer cette parenthèse gênante. Oui, maintenant, elle sait qu'elle ira directement chez Gustave et ne se fierait qu'à ce que le sorcier lui prêtait comme livre.

Entre-temps, Apollo lui apprit un nouveau terme qui serait un équivalent au verbe potasser, mais ce dernier la rendait perplexe. Bûcher était déjà un mot et ce n'était pas un mot qui sonnait très sympathique dans les oreilles d'une personne qui était le familier d'une sorcière. Transformer un mot pour en faire un verbe signifiant totalement autre chose lui semblait bizarre. Saki fronça de nouveau les sourcils devant le haussement d'épaules du jeune homme. Elle poussa un bref soupir. C'était désespérant. Parfois, elle avait l'impression qu'elle ne parviendrait jamais à comprendre les humains. Dès qu'elle commençait à maîtriser un aspect de leur façon de parler, un autre mot inconnu s'ajoutait, lui donnant l'impression que la liste des choses qui lui restant à apprendre était sans fin.

Avec une pointe d'agacement, elle rappela à A-J ce qu'elle voulait étudier aujourd'hui. Elle veilla à ne pas faire mention au passage Twilight qui avait provoqué un rire aux larmes de la part de son interlocuteur. Avec un peu de chance, il avait oublié ce passage de leur conversation. Elle avait franchi la porte et s'arrêta devant la question d'Apollo. "Hum..." Lâcha-t-elle songeuse comme s'il s'agissait d'une question qui méritait qu'on soupèse les options avant d'y répondre. "Les deux." Finit-elle par dire. "Ils sont plus compliqués de ce qu'ils devraient l'être." Ajouta-t-elle avec une pointe de désapprobation, comme si elle leurs en voulait de ne pas être un peu plus simple.

Elle avait enchaîné sur une tentative pour utiliser le terme bûcher, sans grande conviction. Elle qui chercha de l'approbation reçut une réponse qui la plongea de nouveau dans une profonde perplexité. "Tu veux que je te mette en feu ?" Demanda-t-elle perplexe, espérant avoir mal compris. Quoi que, c'était peut-être une blague.

Elle secoua négativement la tête, l'air de dire "laisse tomber""je ne te comprendrais jamais" avant de commencer son installation. D'abord un coussin pour s'installer par terre, puis le livre qu'elle posa quasi-religieusement à côté. Ensuite, elle marqua une hésitation avant d'aller chercher le dernier élément : la boîte à lunettes. Saki avait veillé à bien cacher la boîte, de faire en sorte que seule une personne aussi souple qu'elle pouvait l'atteindre. Une précaution exagérée était donnée l'objet ordinaire qu'elle voulait cacher. Pourtant, elle n'aimait pas avouer sa myopie, avouer une faiblesse. Elle sentait monter la tension alors qu'il s'approchait d'elle, ce qui la poussa à rappeler le fait de n'en parler à personne. Finalement, elle ne put reporter davantage l'instant de vérité. Instinctivement, elle se tenait sur la défensive, prête à attaquer selon la réaction du jeune homme. A-J semblait attendre autre chose. "Je suis toujours sérieuse." Saki garda la pose et leva le menton comme pour le mettre au défi de remettre cette phrase en doute.

Elle tressaillit lors de la pichenette sur le nez, avant de retrouver une moue boudeuse en baissant la tête. "Les serpents ont une très mauvaise vue, mais, on compense avec les autres sens." Expliqua-t-elle sur un ton d'un gosse qui essayait de justifier une bêtise. Elle n'avait rien compris à ce qu'il avait dit, avec son délire de tailleur et de talons aiguilles. Elle se détendit un peu en entendant le mot fantasme. Elle avait fini par comprendre que ce mot servait d'excuse pour justifier pas mal de bizarrerie chez les humains. Encore un truc qui n'existait pas chez les serpents. Le fait qu'elle ne réagisse pas vivement face à l'audace d'Apollo qui lui vola un baiser sur la joue témoignait de sa gêne devant cette situation. Elle n'aimait pas devoir porter ses lunettes. D'ailleurs, elle ramena vite le livre vers elle, comme si elle était pressée d'en finir pour les enlever. Tout en faisant, elle se laissa rassurer, avec sa moue peu convaincue. "J'en ai pas besoin d'habitude. C'est juste que les livres de Gustave sont toujours écrits affreusement petit." Mentit-elle, cherchant encore à se justifier. Elle commença à feuilleter l'ouvrage. Un sourire nostalgie s'afficha alors qu'elle sentait l'odeur caractéristique du vieux livre. Elle aimait beaucoup sentir cette odeur qui lui rappelait les moments où son ancienne maîtresse passait parfois une journée entière à étudier. C'était un souvenir agréable et un peu triste. Chassant ce souvenir, elle parcourut la table des matières en diagonale en laissant courir un doigt studieux en travers de la page. Cinq pages plus loin, elle tomba enfin sur ce qui marquait le début du livre. "Alors... Euh... Avant-propos..." Elle poussa un soupir. "Dix pages d'avant-propos ? Ils sont sérieux ?" Pesta-t-elle à voix haute, pressée d'en arriver au vif du sujet. "C'est obligé de le lire tu crois ?" Puisqu'il était là, autant demander son avis.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS




I can slide, I can swirl, I can twist and I can twirl. I can slither, smooth and slow, you will see just what I show. I am in the mood to play with my food.
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Sam 5 Jan - 12:50

Valentine - 5 Seconds of Summer

« Eh bah la prochaine fois tu iras dans une librairie avec moi, c’est plus sûr. Ou au moins quelqu’un qui connait un minimum les romans pour adolescente… » Pause, en pleine réflexion. « J’adorais Jasper et Alice dedans… » donnait-il son avis, parce qu’il les avait lu. Il ne disait pas qu’il adhérait et aimait, il avait simplement lu et ce petit couple l’avait touché. Il ne lisait que pour eux, finissant par s’attacher à ces personnages par ennui. Saki confirmait en disant qu’elle avait compris maintenant. A.-J. lui fit un sourire, attendri. Il n’en doutait pas.

Marchant tranquillement jusqu’à la roulotte où logeait la contorsionniste, Apollo lui appris d’autre mot de jargon, voyant qu’elle s’amusait à utiliser son tout nouveau terme appris : potasser. Apollo la trouvait tellement mignonne quand elle faisait ça, malgré son attitude parfois si froide et fermée. Il entrait dans la caravane, emboitant le pas de la demoiselle et demandait plus de précision quant à la difficulté de son apprentissage. Etait-ce les livres ou les vampires qui étaient compliqués ? Apollo se moquait un peu de la tournure de sa phrase qui pouvait être pris dans les deux sens mais était aussi très sincèrement curieux. Finalement, c’était les vampires et le livres. Il rit légèrement quand elle ajoutait son commentaire, dénigrant la race des vampires. « T’es trop drôle… » répliquait-il, séduit.

Elle n’avait pas fini de le faire craquer, venant placer le mot bûcher dans sa phrase, lui jetant un regard pour voir si elle avait bien fait. C’était parfait, mais lui il était déjà parti sur autre chose, inspiré par le tête du bûcher, et perdit Saki dans une nouvelle expression bien étrange. A.-J. explosait de rire quand il comprit qu’elle avait interprété le terme allumer quelqu’un au sens littéral. « Oui, en quelques sortes, je veux que tu me mettes en feu… Mais pas du tout comme tu le pense, je te rassure ! » dit-il avec encore un rire dans la voix, se penchant pour lui donner un coup d’épaule complice. « Tu veux que je te montre ? » Dit-il avec un sourire malicieux, venant lui caresser le bras du bout du doigt. Il ricanait reprenait ses distances, enfin jamais trop loin. « Je crois que tu voudrais même pas que je t’explique la théorie… » fit-il avec humour. Le serpent secouait la tête. Oui, elle ferait mieux de laisser tomber, sinon il allait mérité un nouveau coup sur la tête de la part de Theo.

Saki avait enfilé ses lunettes et Apollo la regardait avec un petit sourire, la trouvait ravissante et attendait donc cette révélation… Il ne pensait pas que c’était les lunettes son grand secret. Eh bien si, elle était même très sérieuse. Quelle idée, elle est si jolie avec… A.-J. ne se garda pas de lui partager ce qu’il en pensait. Elle en faisait beaucoup trop, que les serpents aient une mauvaise vue ou pas, ce n’était pas une tare. Surtout si elle a tout les autres sens développés… Si seulement tu savais de quoi je suis capable avec mes dix doigts ma belle… Il lui expliquait même à quel point elle était toute mignonne comme ça et pouvait être aussi terriblement sexy. Lui, en tout cas, il adhérait à fond. Si adorable qu’il ne put s’empêcher de lui déposer un bisou sur la joue, un trop grand besoin de lui montrer un peu d’affection, sous le charme.

Il prit place, toujours aussi encombrant, la tête sur la cuisse de Saki, allongé à même le planché de la roulotte. Il avait fermé les yeux et lui demandait un peu de lecture. A peine le livre ouvert qu’elle râlait. Apollo soupirait. Pas qu’elle le dérange avec ses questions, mais qu’elle n’y mettait vraiment pas du sien avec les livres. Apollo adorait ça lui. « Hm… bah ça dépend. Moi ce que je fais, je lis le début pour voir, ou je survole, je prends ce qui est intéressant... Donne ! » dit-il en tendant la main devant le nez de Saki, attendant le livre. Il ouvrit les yeux lorsqu’il le sentit dans sa main et vint le tenir au-dessus de sa tête. Il tournait rapidement les pages, dépassant le début de l’avant-propos, alors retournait en arrière. Ensuite plus un geste, concentré, les yeux légèrement plissés. Il essayait de se concentrer, il n’avait vraiment pas la tête à ça là, maintenant tout de suite. Enfin, il n'imaginait pas une seule seconde qu'il allait devoir faire un commentaire de texte improvisé. Or, il tournait rapidement les pages et le finit en un peu plus de cinq minutes, lui rendant le livre. « Alors… » et il lui résumait de quoi ça parlait, ce qui était intéressant à savoir et retenir, plutôt sérieux et étrangement... intelligent ? Tout du moins, il en avait l'air. « Voilà, maintenant tu peux entrer dans le vif du sujet… » lui dit-il avec un petit sourire.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Saki Shimaru
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Saki Shimaru
Messages : 24
Date d'inscription : 15/11/2018
Mar 15 Jan - 8:51

Valentine - 5 Seconds of Summer

Saki hocha négativement la tête avec vigueur lorsque A-J se proposa de l'accompagner lors de sa prochaine visite à la librairie. Le familier était prompte à émettre un jugement et le cas Twilight avait relégué cet endroit dans la catégorie lieu de mensonge à éviter comme la peste. Elle n'était pas prête d'y remettre les pieds pour y acheter un livre, que se soit seule ou accompagnée. "Je n'ai pas fini le deuxième tome." Répondit-elle ensuite lorsqu'il fut question des personnages de la saga. C'était le temps qu'il lui avait fallu avant de comprendre qu'il s'agissait de fiction et non d'un documentaire sur les vampires. Elle ne ferait plus jamais une erreur pareil, ça c'était certain.

Elle aurait aimée prendre la situation à la rigolade, comme le faisait son interlocuteur. Trouver drôle de s'être trompée entre livres de fiction pour ados et réalité ou s'amuser du fait de trouver les vampires affreusement trop compliqué. Ce n'était pas drôle à ses yeux. Saki aurait préférée que les vampires se limitent à des êtres buvant du sang et facilement éliminable. Elle aurait préféré que toutes les créatures soient ainsi. Se limiter à une fonction et facile à tuer. N'était-ce pas le cas des familiers ? Ils n'existaient que pour servir un sorcier ou une sorcière, et, si le maître disparaissait, le familier mourrait aussi. Elle ressentait un profond sentiment d'injustice que les autres créatures soient compliquées au point d'avoir des tonnes de livres qui leur soient consacrés. Comment pouvait-elle protéger Théo si toutes les menaces potentielles étaient aussi nombreuses et compliquées ?

Une nouvelle bizarrerie de langage l'arracha à ses pensées déprimantes. Il n'y avait bien que les humains pour employer le même mot pour deux significations totalement différentes ! "Non." Déclara-t-elle tandis qu'il lui proposa une démonstration de le mettre en feu. "Si tu proposes, c'est que c'est chelou. Je vais demander à Théo... et je dirais que c'est toi qui m'as appris cette expression." Dit-elle, se montrant malicieuse sur la fin de sa déclaration. Cela lui arrivait parfois de faire des traits d'humour, toujours par surprise et elle se drapait immédiatement après dans son visage de marbre, telle une attaque sournoise, prête à nier que ce petit écart dans son sérieux habituel avait eu lieu.

Arriva ensuite le moment de dévoiler son terrible secret, celui qu'elle gardait encore plus farouchement que sa nature de familier. Elle n'aimait pas ses lunettes. Elle n'aimait pas les porter et aimait encore moins qu'on la voit avec. Les serpents n'avaient pas besoin de lunette. Elle pouvait parfaitement s'accommoder de voir le monde de manière floue, malheureusement, elle ne pouvait pas appliquer cette logique à la lecture. Le fait qu'elle n'essaye pas d'étriper Apollo en sifflant rageusement parce qu'il lui avait volé un bisou sur la joue était bien la preuve que la situation lui torturait l'esprit bien plus qu'elle ne voulait l'admettre.

Elle avait essayé de passer au-dessus de ce détail afin de se concentrer sur sa mission lecture. Pourtant, à peine la couverture tournée, qu'elle se heurta à une première difficulté, celle des avant-propos. Celui-là était particulièrement long, aussi long qu'un chapitre. Elle s'était déjà retrouvée devant le cas d'avant-propos qui ne servait à rien d'autre que d'ajouter quelques pages comme si l'auteur cherchait à gagner le prix du livre le plus gros et le plus pompeux. Puisqu'elle n'était pas seule à lire, Saki se décida à rentabiliser la présence de l'humain en lui demandant son avis. Ce dernier soupira avant de lui demander le livre, ce que le familier fit sans se prier.

Pendant cinq minutes, Saki regarda Apollo à l'oeuvre avec un certain intérêt fasciné, ne le quittant pas des yeux. Il était rare de voir le jeune homme aussi concentré et elle n'aurait jamais cru que ce petit miracle se produise avec un livre dans les mains. Sa surprise augmenta lorsqu'il lui fit un résumé de l'avant-propos. Surprise qu'elle ne chercha même pas à cacher. Elle resta silencieuse un moment après le résumé. "Je ne savais pas que tu étais un grand lecteur." Finit-elle par dire. Elle entendit le petit moment, la petite touche typiquement d'A-J, qui briserait cette révélation. "Merci." Dit-elle en voulant reprendre le livre, mais elle s'arrêta dans son geste. Elle avait une idée. "C'est toi qui devrais faire la lecture, ça te serait sûrement utile à toi aussi d'en savoir plus sur les vampires." Essaya-t-elle de le convaincre, tel un enfant qui essayait d'obtenir le fait qu'un camarade fasse sa corvée à sa place. "Et moi, je pourrais... m'étirer un peu en t'écoutant." Continua-t-elle en s'étirant les bras avec une élégance et une souplesse excessive comme seule pouvait lui procurer sa véritable nature pour mieux illustrer son propos. Il n'y avait que lorsqu'elle voulait obtenir quelque chose qu'elle se montrait aussi enjôleuse.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS




I can slide, I can swirl, I can twist and I can twirl. I can slither, smooth and slow, you will see just what I show. I am in the mood to play with my food.
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Lun 21 Jan - 23:54

Valentine - 5 Seconds of Summer

Apollo-Jules explosait simplement de rire quand Saki avançait que s’il voulait lui faire une démonstration, c’était toujours chelou. Il ne s’y attendait tellement pas et elle avait tellement raison. Il se demandait si elle l’avait déduit elle-même ou si on lui avait dit. Theo, bien sûr… Ou Lys aurait pu lui donner ce conseil, mais je vois bien plus Theo… « Elle va encore me taper alors… » dit-il en finissant de rire si Saki précisait à leur amie commune que c’est lui qui lui avait appris cette expression. C’était encore à se demander ce qu’il avait tenté de faire à Saki, profitant sûrement encore de son ignorance du monde et code sociaux humain. Non, jamais il ne faisait ça A.-J. ; il réagissait seulement à l’envie et l’instinct.

Saki enfilait ses lunettes et son ami ne se fit pas prier pour lui dire qu’il la trouvait super mignonne avec et comprendre que tout son secret autour de ça n’en valait pas vraiment la peine. Le Grand Secret avait quelque chose d’un peu décevant. Beaucoup même. Elle devait commencer ses leçons et Apollo n’avait aucune envie de l’embêter, il voulait juste passer un peu de temps avec elle. L’humain s’était installé, allongé à même le sol, la tête sur une des cuisses de Saki. Il prenait presque pas de place. Enfin…

Saki peinait déjà à s’y mettre, ayant à peine ouvert la couverture de l’ouvrage. Apollo ouvrit un oeil et tendait l’oreille. Elle voulait son avis sur l’avant-propos… Quoi lui répondre ? Elle se ferait une idée en lisant le début, il ne fallait pas être idiot pour savoir si ça allait apporter quelque chose ou non. Pour l’aider à se décider, il lui prit le livre et s’entreprit de le lire, plutôt rapidement. Elle était étonné de le voir lire et si c’était bien un grand lecteur. Il préférait de loin les romans, mais les livres il les avait toujours dévoré, comme son père. L’avant-propos achevé, il lui en fit un résumé rapide et concis. Y’avais pas grand chose à en tirer, juste un point historique qui avait peut-être influencé l’écriture et il lui en fit part. Rien d’autre.

Il sourit face à la surprise de son amie. Il aimait la réaction des gens à ce propos. Elle n’était pas la première et ne serait pas la dernière. Il haussait une épaule avec innocence. «Ouais bah à force de me prendre pour un crétin… » et pour le prendre comme tel voilà qu’elle lui redonnait le livre et lui demandait de le lire. C’était pas ça le marché, elle devait lire elle et moi piqué un petit roupillon avant que… Attends, elle a dis quoi ? Apollo ne dit rien, fixant le vide, le livre dans la main, la bouche entrouverte. Il avait bloqué sur étirement « Okay ! Tout ce que tu veux ! Pas dis que j’arrive à me concentrer sur la lecture par contre… » soupirait-il avec un petit sourire amusé.

Il s’installait mieux, assis et le dos appuyé contre le petit canapé. Il posait le livre sur ses cuisses légèrement relevées et commençait la lecture. « Partie 1. L’origine… » et il mettait le ton. Il se lançait alors dans la lecture du chapitre sur l’origine des vampires, les légendes de leur création, les premiers d’entre eux, … Apollo trouvait la lecture très intéressante en tout cas, même si ça manquait un peu de simplicité. Le style était lourd et vieillot, même A.-J. ne comprenait pas tout et il en connaissait des mots.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Saki Shimaru
▌Beware; for I am fearless, and therefore powerful.
Saki Shimaru
Messages : 24
Date d'inscription : 15/11/2018
Lun 11 Fév - 21:56

Valentine - 5 Seconds of Summer

Saki n'était pas douée pour s'exprimer avec les mots et ne gérait pas du tout les intonations. Elle pouvait dire une blague sur le même ton qu'une nouvelle accablante. Pour savoir faire la différence, il fallait la connaître et surtout faire très attention à son comportement. Un haussement d'épaules, un petit mouvement de tête, une malice dans le regard, et, plus récemment, l'ombre d'un sourire passant sur son visage, constituaient autant d'indice qui trahissait son humeur ou ses intentions. Face au commentaire d'AJ sur le fait que Théo allait encore le taper, l'Asiatique eut un petit dodelinement de la tête satisfaite accompagnée d'un sourire en coin. Signe qu'elle était plutôt contente de l'effet produit par sa remarque.

La suite fut beaucoup moins drôle puisqu'il fut question de lunettes et de lecture. Deux choses étroitement liées et qu'elle n'appréciait guère. Malheureusement, ces deux choses presque équitablement désagréables à ses yeux étaient nécessaires pour combler son ignorance. Elle ne voulait plus rester impuissante et mise sur le côté si Théo rencontre un nouveau problème lié au surnaturel. Elle voulait être prête, renseignée et forte. Trois choses qui passaient par la case livre. Bien que déterminée, elle ne pouvait s'empêcher de voir cette tâche qu'elle s'était imposée comme une corvée. Surtout qu'elle n'en voyait jamais la fin. Il y avait toujours un autre livre pour creuser les propos tenus dans celui qu'elle venait laborieusement de finir. Un annexe à lire impérativement ou ce genre de choses dont les experts qui écrivaient ces ouvrages raffolaient.

La présence de l'humain lui offrait une tentation perpétuelle de s'arracher à sa lecture à peine commencée en sollicitant son avis ou un commentaire. C'est aussi pour cela, en plus du fait qu'elle n'aimait pas être vue avec des lunettes sur le nez, que Saki préférait étudiée seule. Dès qu'il y avait quelqu'un d'autres, elle ressemblait un peu à une élève dissipée qui se jetait sur la moindre distraction possible.

Dans ce cas précis, ce qui devait être une distraction se révéla être une surprise utile, puisque non seulement l'humain avait lu à sa place mais il en avait sorti un résumé pertinent. Saki leva légèrement son menton, une moue pensive et un sourcil arqué. ça, c'était sa combinaison : mijoter un mauvais coup. On ne pouvait pas être un serpent sans être un minimum sournois en retour. Le familier lui proposait un marché simple, que lui lise pendant qu'elle s'étirait. Elle avait bien appuyé ce passage, sachant qu'il s'agissait de l'argument phare dans sa proposition. Certaines personnes voyaient ce genre de manipulation venir à des kilomètres, au point qu'elle n'essayait même plus de le faire avec Theo, alors, Saki afficha un petit sourire satisfait en voyant la réaction d'Apollo.

"Ce sera toujours plus rapide que si c'est moi qui le lis." Avait-elle conclu. Avec la joie d'une écolière qui jetait son cartable dans un coin en rentrant à la maison après l'école, Saki se délesta de ses lunettes pour les ranger. Ce geste salvateur effectué. L'Asiatique se leva avec souplesse et fit quelques dans la pièce. Elle lança un petit regard à AJ, avant de commencer à s'étirer comme promis. D'abord les bras, qu'elle tourna dans des angles improbables. Le genre de contorsion que même un humain particulièrement souple ne pouvait espérer faire. Tout en se contorsionnant, Saki demeurait attentive. Du moins au début. Son côté élève dissipé la titillait de nouveau devant les tournures de phrases alambiquées et les mots incompréhensibles qu'elle se refusait de pointer.

Elle se pencha en arrière, si bas qu'elle se retrouva nez à nez avec Apollo. "Tu ne peux pas aller directement au chapitre faiblesse ou comment les tuer ? C'est ce qui m'intéresse." Demanda-t-elle en penchant sa tête de côté. "Mais peut-être que les points forts seraient utiles aussi..." Finit-elle par admettre après un temps de réflexion. Oui, elle abusait très clairement du service que le jeune homme était en train de lui rendre. " ça te serait utile aussi." Répéta-t-elle, comme si elle avait conscience d'en demander trop. "Il y en a partout de ces saletés." Elle se releva avec grâce pour exécuter une nouvelle contorsion. "Je ne parle pas d'Astoria quand je dis ça. Elle est bien. Je parle de tous les autres." Commenta-t-elle finissant sa phrase sur un ton de désapprobation absolue. Les autres, ceux qui laissaient leurs sales odeurs sur Théo. Elle n'était pas aveugle concernant ce genre de détail, même si elle évoquait rarement le sujet.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS




I can slide, I can swirl, I can twist and I can twirl. I can slither, smooth and slow, you will see just what I show. I am in the mood to play with my food.
Revenir en haut Aller en bas
Apollo-Jules Moreau
▌Humans after all.
Apollo-Jules Moreau
Messages : 196
Date d'inscription : 07/12/2018
Jeu 4 Avr - 21:47

Valentine - 5 Seconds of Summer

« Hm, pourquoi ? Tu sais pas lire ? » lui demandait Apollo sans la juger, mais étonné. Il levait la tête pour la voir ranger ses lunette. « Ah oui, non c'pas pour ça… » il se rappelait que ce n’était pas qu’elle était illettrée, juste qu’elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Il sourit et commençait alors la lecture, ralentissant à peine commencé rien que de la voir s’étirer les bras. Sa peau qui se tordait sous ses muscles, ses os qui étaient prêt à percer ailleurs, le trait tiré de ses muscles juste au niveau de l’aisselle et de l’épaule. Il frémissait déjà. Il se mordait la lèvre pour contenir un peu les papillons voraces qui commençait à lui émoustillé le bas ventre.

Il avait retenu sa respiration et elle relâchait son bras. Il préférait replonger rapidement son nez dans le bouquin et reprenait sa lecture. Après quelques lignes à peines, l'humain lui jetant de temps à autre quelques regards avec un petit sourire admiratif. Il arrivait à se tenir, c’était juste l’excitation du début, cela faisait si longtemps qu’il ne l’avait pas vu. Sauf que là, le temps était suspendu, comme Apollo à ses lèvres… Elle avait la tête à l’envers, il s’était penché légèrement et instinctivement, dans le doux espoirs de pouvoir lui voler un baiser. Elle lui demandait de passer au chapitre suivant. « J’ai jamais eu de baiser à la Spiderman » lui avait-il seulement répondu d’un air complètement absent. Il s’imaginait seulement lui rouler sa pelle de sa vie dans cette position. Il n’avait que se pencher un peu plus, une main sur le parquet et l’autre sous sa tête.

Elle se relevait et son fantasme s’envolait dans un nuage de fumée. « Ah euh ouais… D’accord. » dit-il seulement, haussant les épaules. Il ne comprenait pas pourquoi ça devrait lui être utile… Qu’il y en ai partout qui grouille ou pas, même s’il savait comment les tuer, il n’était vraiment pas sûr d’y arriver. Dans Buffy, je suis Willow… Non, Alex… Voire Cordélia. « Enfin, après tu sais c’est pas dans ma vocation chasseur de vampire… » rajoutait-il pour la boutade. Il n’en avait rien à faire. La culture des vampires dans le monde des adolescents l’avait gavé.

« Mais pourtant… » allait-il enchainé pour demander à propos d’Astoria, devancé par Saki. Apollo lui fit un grand sourire en opinant du chef. Il avait surtout l’impression qu’elle lisait dans ses pensées tant elle le connaissait bien. Pour lui, venant d’elle, c’était une marque d’affection. « T’en a déjà croisé ? » Dit-il en cherchant à l’aide du sommaire les chapitre qui pourrait les intéressé — vu que Saki levait décrété.

Le livre contre lui ouvert à la bonne page, il se rapprochait de Saki et venait s’allonger sur le sol. Son corps se retrouvait perpendiculaire au sien, son visage proche de sa tête. Elle était allongée et elle avait doucement relevé les jambes au-dessus de sa tête. Apollo avait reprit sa lecture. Elle s’étirait, puis cambrait encore et sur ses bras tendues, elle se dressait si droite, avant de lentement faire descendre ses jambes de l’autre côté d’Apollo. Il n’avait attendu que ça. Il s’était arrêté dans sa lecture, le livre contre son coeur, seulement pour la regarder elle, puis tout son corps qui venait s’abattre au-dessus de lui avec une maîtrise sans nom. Cambrée au-dessus de lui, il attendait sagement qu’elle se déroule et finisse gracieusement debout sur la pointe des pieds. « Ca te dérange si j’ai une érection ? » Demandait-il avec toute l’innocence du monde, et un grand sourire. C'était une façon de lui dire qu'elle était merveilleuse.

acidbrain — quote.Valentine, 5SOS





I love the light in your eyes and the dark in your heart
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: